Partagez | 
 

 « Know that I'm with you » — Aé & Manu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Gale Highland
DOUBLE-COMPTE : nope
MESSAGES : 379
ARRIVÉE : 20/05/2013
LOCALISATION : uc



MessageSujet: « Know that I'm with you » — Aé & Manu   Jeu 30 Jan - 3:39


Aédan & Manuel
Plus de nouvelle depuis Halloween. Non pas qu'il comptait les jours sans qu'elle lui parle mais... il n'en était pas loin. Aédan avait été son premier vrai contact avec la ville. Mais plus encore, elle avait été l'élément qui l'avait convaincu d'emménager ici. Il voulait, aussi étrange que ça puisse paraître — et notamment à lui — être là pour elle, quoi qu'il advienne. Il n'avait l'âme d'un héros. Ni d'un protecteur. Ou celle d'un confident. Mais pourtant, en sa présence, il était différent, transformé. Elle était spéciale. Il ne le répéterait jamais assez. Et même, spéciale n'était pas le bon terme. En réalité elle était plus que ça. Elle était exceptionnelle. Elle avait en tout cas la qualité exceptionnelle d'attiser la compassion et l'intérêt de Manuel. Fait rare, très rare. Il n'était pas un salaud fini, mais il n'était pas forcément du genre bon samaritain pour autant. Il respectait les valeurs qu'on lui avait enseigné quand il le devait mais il n'irait pas pour autant se porter bénévole pour une association, même s'il respectait ces dernières. Mais... encore une fois... Aédan était particulière au point de le rendre meilleur. Il le sentait, il ouvrait ses bras et donc une part de lui-même à la jeune femme. Il se donnait corps et âme pour qu'elle aille mieux. Du moins l'avait-il fait un temps. Jusqu'à ce qu'elle semble couper les ponts. Il ne savait pas si c'était de sa faute, si c'était lui qui avait dit quelque chose de déplacer. Ou si c'était juste elle qui s'était délibérément éloignée de lui, s'enfermant dans sa solitude. Il ne savait pas mais il voulait en avoir le coeur net.

Noël. Une fête qu'il appréciait particulièrement. Avec ses parents, ils fêtaient ça en petit comité, juste tous les trois. Ils s'offraient chacun un petit cadeau de valeur pas forcément onéreuse mais en tout cas sentimentale, puis ils s'embrassaient et partaient se coucher. Ca n'était pas grandiloquent, ça n'était pas l'effervescence mais... c'était très agréable, très confortable. Ca avait toujours plu à Manuel et il n'avait jamais exigé plus de sa petite famille. Il n'était pas un garçon exigeant. Il se contentait souvent de ce qu'il avait ou bien il travaillait lui-même d'arrache pied pour obtenir ce qu'il désirait. Jamais il ne demandait quoi que ce soit à ses parents. Ils donnaient, ne donnaient pas, c'était la même chose pour Manuel. C'était en tout cas les valeurs qu'on lui avait enseigné et que de ce fait, il trouvait normal de respecter. Ce soir encore, il s'agirait d'un Noël en petit effectif. Rien de faramineux, de pharaonique. Juste un petit repas avec une personne attachante. Il avait passé la journée derrière les fourneaux. Il ne connaissait pas tous les goûts d'Aédan mais il prenait le risque. Scellant chaque plat dans un tuperware différent, il mît le tout dans une caisse et se dirigea vers sa voiture. Il avait revêtu son plus beau pull. Il n'était pas costume. Du tout. Certainement une chose qui le différenciait de Braxton qui travaillait dans les affaires. Plaçant les victuailles sur le sol de l'arrière de la voiture avec précaution, il espérait qu'elles arriveraient en bon état. Il démarra sans plus attendre et conduisît jusqu'à chez la brunette qui l'avait ignoré pendant plus d'un mois. Se garant devant son immeuble, il récupéra le repas et fixa la fenêtre de son appartement. Il y avait de la lumière qui filtrait derrière les volets. Bonne nouvelle, il y avait donc quelqu'un. Il s'avança et sonna à l'interphone. Priant pour qu'elle réponde, il mordilla sa lèvre. Il aurait peut-être dû prendre une écharpe, il faisait particulièrement froid en cette fin d'après-midi de décembre. Le soleil déjà couché laissait place à une nuit glacée. Ne recevant pas de réponse immédiate, il décida de sonner chez un voisin qui par miracle, lui ouvrît sans demander de qui il s'agissait. Il s'engouffra dans l'immeuble et souffla de soulagement dans la chaleur réconfortante de ce hall d'entrée, avant de monter les marches avec précaution. Ne rien faire tomber. Ce serait vraiment pas de bol.

Arrivé sur le palier il hésita. Et si c'était une très mauvaise idée ? Et si elle l'envoyait paître ? Tant pis. Il aurait de la dinde pour deux à dîner. Du bout de son nez, pour ne pas lâcher les paquets, il sonna. La sonnerie était si puissante qu'il l'entendît d'où il était. Elle ne pouvait pas l'ignorer. Elle ne devait pas. Il patienta non sans danser d'un pied sur l'autre pour réchauffer ses petons encore engourdis. Et lorsque la porte s'ouvrît il afficha son plus beau sourire. « Joyeux Noël... » lâcha-t-il de son accent chantant, espérant ne pas se prendre la porte dans la figure.
©billpazuzu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5157-manuel-o-nothing-sweet-about-me
Invité
Invité


MessageSujet: Re: « Know that I'm with you » — Aé & Manu   Mar 18 Fév - 12:32


Aédan était-elle condamnée à ne jamais être heureuse ? A force, c’était ce que la jeune femme pensait. Dès qu’elle remontait la pente, qu’un événement positif se présentait, quelques temps plus tard, l’inverse se produisait et elle se retrouvait plus bas que terre. L’arrivée de Manuel dans sa vie avait été tellement bénéfique. Alors qu’elle s’imaginait passer un long moment plongée dans la déprime, il avait réussi à la faire sourire, petit à petit, et lui redonner goût à la vie. Tout comme l’avait fait son frère. Cette pensée lui faisait chaud au cœur mais la rendait triste par la même occasion. Si Braxton n’était pas mort, Manuel aurait-il fait irruption dans sa vie ? Peut-être. Et aujourd’hui ils seraient tous les trois en train de rire autour d’un bon verre de vin. Au lieu de ça, Aédan se retrouvait seul le soir de Noël. Elle aurait voulu retrouver sa famille mais une tempête de neige avait paralysé les moyens de transport. Elle aurait pu ne pas être seule si elle n’avait pas décidé d’ignorer Manuel. La honte la dévorait, la rendant incapable de répondre à ses appels. Cette foutue RHI avait tout gâché. Aédan qui passait une soirée agréable s’était rapidement retrouvée en larmes devant les mots de RHI. Elle avait sûrement visé juste et c’était ce point qui la rendait malade. Elle ne voulait pas que Manuel soit déçu ou qu’il la juge. Il n’avait pourtant pas l’air d’être de ceux qui le faisaient mais elle n’arrivait pas à se détendre et accepter le fait qu’il pouvait tout simplement essayer de la comprendre. Non, elle préférait le fuir. Elle avait eu peur de le croiser dans cette petite ville, peur de devoir s’expliquer, et peur aussi qu’il l’ignore. Après tout, n’aurait-il pas été en droit, à son tour, de faire comme si elle n’existait pas ? Elle lui avait promis de l’aider dans sa nouvelle vie et finalement, elle n’avait fait que l’abandonner. Mais elle se trouvait tellement minable. Elle aurait aimé lui confier son passé, elle en avait réellement eu envie et ça se serait sûrement fait petit à petit puisqu’elle avait confiance en lui. Aujourd’hui, tout était différent. Il avait appris sa vie sur un message « gossip » et elle avait honte.

Emmitouflée dans son plaid, son chat sur ses genoux, la jeune femme essayait de se concentrer sur son livre. Pourtant, ses yeux parcouraient souvent la même phrase, signe d’une concentration absente. Elle ne saurait même pas raconter les détails de ce qu’elle lisait, son esprit était accaparé par Manuel. Son portable était en évidence, sonnerie presque au maximum sur la table. Elle espérait tant l’entendre sonner, voir « Manuel » s’afficher sur son écran. Seulement, elle savait pertinemment qu’elle ne décrocherait pas. Et derrière cette envie de voir un appel de Manuel se cachait la peur de recevoir un message d’horreur de cette personne infecte. Elle s’était tue après avoir lancé sa bombe et ça avait soulagé Aédan, oui, mais jusqu’à quand ?

Posant son livre, Aédan se leva et attrapa un petit costume pour son chat. « Désolée mon chéri, mais t’es mon petit Père Noël ce soir. » Un faible sourire apparut sur ses lèvres et elle commença à enfiler le petit manteau rouge à son chat. Il ne semblait pas réellement ravi mais ne tentait pas de s’enfuir non plus. Il avait ce don de rester coller à elle lorsqu’il la sentait mal et ça faisait du bien à Aédan. Parfois, elle se trouvait ridicule de penser que sans son chat, elle ne serait rien. « Voilà baby, c’est terminé… » ajouta-t-elle en caressant le dos du chat roux avant de le poser à terre. Celui-ci s’étira un instant, jaugeant le costume et retourna s’installer sur le canapé. Amusée, Aédan sortit son téléphone et prit des photos de son chat qu’elle envoya à ses parents. Elle aurait tellement aimé pouvoir être à leurs côtés. En y songeant, elle eut envie de pleurer mais la sonnette la stoppa et l’empêcha de s’apitoyer un peu plus sur son sort. Son chat s’était levé, intrigué et regardait avec insistance la porte d’entrée tout comme sa maitresse. Finalement, Aédan se décida à aller ouvrir. Dans un coin de sa tête, l’idée que ça soit Manuel fit battre son cœur un peu plus fort. Qui d’autre que lui aurait pu venir ? Peut-être  était-ce tout simplement une erreur. Un invité qui se serait trompé de porte. En effet, ce fut ce qu’elle préféra penser pour ne pas être déçue.  Lentement, elle déverrouilla et ouvrir la porte. « Joyeux Noël... » Le voir ici la fit sourire, malgré tout. Il n’avait pas abandonné. Il était là. Pour elle, le soir de Noël, les bras chargés de victuailles. Ses yeux remplis d’étoiles, la jeune femme resta bête un instant avant de se ressaisir. « Oh.. pardon… rentre ! » Impossible de le jeter dehors. Elle avait honte d’elle oui mais l’ignorer ou même lui claquer la porte au nez était inenvisageable. Pas ce soir. « Joyeux Noël à toi aussi… » murmura-t-elle en refermant derrière lui alors qu’il venait de passer la porte. Elle le guida jusqu’à sa cuisine ouverte pour qu’il y pose ses plateaux. « Tu… owh… je… » Gênée, elle gratta sa gorge. Que devait-elle faire ? S’excuse directement ? Faire comme si de rien n’était ? Non. C’aurait été irrespectueux. Déjà qu’elle avait clairement fait une bêtise en ignorant tous ses appels.   « Je te demande pardon… Désolée de commencer par ça, je ne veux pas plomber l’ambiance mais… J’espère que tu me pardonneras d’avoir été… ‘silencieuse’… non, de t’avoir ignoré… je suis vraiment désolée mais j’avais honte… » Alors qu’elle avait gardé les yeux baissés pendant tout son petit discours, elle finit par les relever et croiser ceux de Manuel. « Pardon… » murmura-t-elle à nouveau « et merci… merci de faire tout ça pour moi malgré tout. » Elle ne le méritait pas, c’était clair ce soir. Il venait de lui préparer un repas après n’avoir eu aucune nouvelle pendant plus d’un mois. Cet homme était réellement un ange.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gale Highland
DOUBLE-COMPTE : nope
MESSAGES : 379
ARRIVÉE : 20/05/2013
LOCALISATION : uc



MessageSujet: Re: « Know that I'm with you » — Aé & Manu   Jeu 6 Mar - 2:19


Aédan & Manuel
La jeune femme lui avait manqué. Ainsi devant sa porte, il hésitait quant aux émotions qu'il devait laisser transparaître. Devait-il lui montrer qu'il était inquiet ? Lui montrer son impatience ? Ou bien juste être dans l'esprit de Noël avec un grand sourire chaleureux et optimiste ? Ce fût la dernière solution qu'il choisît au dernier moment lorsque la porte s'ouvrît sur le brunette aux traits fatigués. Il ne pût s'empêcher de penser qu'elle restait extrêmement belle malgré la lassitude marquant son visage. Et puis elle souriait, un joli sourire plein de surprise. Elle ne s'attendait définitivement pas à sa présence et il pouvait le comprendre. Il ne l'avait pas prévenu. Il s'était dit que vu qu'il n'avait pas de nouvelles, il allait venir en chercher directement chez la jeune femme. Il attendît quelques instants qu'elle réalise sa présence. « Oh.. pardon… rentre ! » Sa réaction le fît sourire tendrement. Elle semblait prise au dépourvue mais il espérait que ça n'était pas dans le mauvais sens. Il pencha la tête et attendît qu'elle lui ouvre complètement la porte avant de s'engouffrer dans l'appartement, les bras chargés, prenant garde de ne rien faire tomber. C'aurait été vraiment dommage de gâcher des heures de travail. Il avait vraiment voulu lui préparer le meilleur repas qu'il était capable de concocter en respectant les traditions d'un Noël américain. Il voulait que les saveurs rappellent les réunions familiales et qu'en même temps elle en soit surprise et que ça lui plaise. C'était là les critères que Manuel tâchait de toujours mettre en pratique lorsqu'il cuisinait. Et c'est aussi ce qu'il ferait lorsque son restaurant ouvrirait ses portes. Il espérait secrètement qu'Aédan viendrait d'ailleurs. Elle était son point de repère ici et une personne extrêmement importante dans sa nouvelle vie. « Joyeux Noël à toi aussi… » lui avait-elle dit avant de le guider vers sa cuisine. Il déposa avec précaution les tupperwares sur la table et souffla de soulagement. Tout semblait intact, la sauce n'avait coulé nulle part et les pommes dauphines avaient garder leurs formes initiales. Il se tourna vers la jeune femme qui semblait impressionnée... ou peut-être gênée, il n'aurait su l'affirmer. « Tu… owh… je… » Le raclement de gorge qui suivît cette phrase hésitante confirma le fait qu'elle était mal à l'aise. Il tenta de la détendre un peu en se mettant lui même à l'aise, retirant sa veste et la posant sur le dossier d'une chaise. « J'espère que tu as faim. Il y en a pour un régiment » dît-il d'un ton enthousiaste avec un sourire doux sur les lèvres. Il était persuadé même s'il n'en avait pas été témoin que depuis leur dernier rendez-vous, elle n'avait plus mangé comme il fallait. Ni assez ni assez bien. Il souhaitait qu'elle se rattrape avec ce repas festif de sa confection.

Elle semblait mortifiée et baissa la tête. Il ne savait pas, lui-même, quoi dire pour briser cet embarras pesant. Mais elle ouvrît la bouche et il sût que ça n'était pas le moment pour lui de prendre la parole. Pas tout de suite. Les banalités attendraient. « Je te demande pardon… Désolée de commencer par ça, je ne veux pas plomber l’ambiance mais… J’espère que tu me pardonneras d’avoir été… ‘silencieuse’… non, de t’avoir ignoré… je suis vraiment désolée mais j’avais honte… » déballa-t-elle avec une petite voix. Manuel eût presque du mal à tout comprendre mais il avait saisi le sens général et c'était l'essentiel. Elle était désolée de n'avoir donné aucune nouvelle. Il était vrai qu'il y avait eût une journée durant laquelle Manuel avait cessé de s'inquiéter. Et pendant cette fameuse journée, il avait maudit quelque peu la jeune femme qui à ses yeux n'avait aucune raison de couper les ponts, comme ça, abruptement, sans préavis. Au fond, ça lui avait fait du mal de se retrouver seul... Car autant l'avouer, ici à Arrowsic, Manuel était seul. La solitude ne l'empêchait pas de vivre, elle ne le déprimait pas. Quand elle était choisie. Là... Aédan avait pris cette décision de s'éloigner pour eux deux. Elle n'avait pas prévenu. Et Manuel lui en avait quelques heures voulues. Mais au final, il avait tourné la page, s'était repris et avait réalisé que la jeune femme qu'il ne connaissait pas beaucoup mais pourtant assez pour la comprendre, était juste fragile. Et qu'elle avait sûrement eu besoin de temps. Pour se remettre de ce que cette RHI lui avait fait subir et d'avoir dû se remémorer un passé qui semblait douloureux. Le terme était sûrement un euphémisme d'ailleurs... Il voulût répondre à son petit discours mais elle enchaîna, même si d'une voix quasi silencieuse un nouveau « Pardon... » auquel il répondît par un sourire. Pinçant les lèvres il la laissa le remercier pour le repas avant de hausser les épaules et de plonger son regard dans le sien. La fixant, il resta un instant silencieux cherchant les mots qu'il voulait employer. C'était encore plus dur d'y réfléchir du fait qu'il ne s'agissait pas de sa langue maternelle. Il finît par s'approcher et poser une main sur son épaule. Puis il la rapprocha contre lui et frotta doucement son dos, sa main libre, se posant sur l'arrière de sa tête. Il se sentît instantanément bien. Il aimait avoir la jeune femme contre lui de la sorte. Il aimait sa proximité. Il se sentait important. Et il voulait la garder comme ça pour toujours. Mais il finît par la relâcher et se posa sur une chaise en la fixant à nouveau. « J'ai compris, tu sais ? » débuta-t-il avec un faible sourire. « J'ai compris pourquoi tu ne me donnais plus de nouvelles. » Du moins le supposait-il. Peut-être, après tout se plantait-il royalement. Peut-être qu'elle ne le supportait juste pas et qu'elle s'en était rendue compte. Non, c'aurait été illogique. Pourquoi aurait-elle alors été sympathique avec lui dans ce cas ? Il continua. « Tu avais beaucoup... à refouler avant de pouvoir... me faire face à nouveau. Des évènements que tu avais déjà tacher de supporter, de mettre de côté et d'oublier en quelques sortes pour vivre sereinement. » Il tentait de la rassurer, de la mettre en confiance et de lui montrer par ce biais que du fait qu'il comprenait sa démarche, il ne lui en voulait pas. « Mais tu n'as rien à craindre de moi... » dît-il en souriant de manière rassurante. « Je n'ai aucun jugement à émettre à propos de ton passé. Bien au contraire. Je pense que tu es une femme courageuse... et plus forte que tu ne le penses. » Il ignorait les détails exacts de son histoire avec ce Blake dont RHI avait parlé. Il pouvait seulement deviner. Mais même sans ça, il savait, il sentait que Aédan était certes bouleversée, brisée et mortifiée. Mais elle était aussi faite d'acier. Elle pliait mais elle finirait toujours par se relever. Il lui suffisait juste d'un peu d'aide. « Et je suis là pour t'aider à le comprendre. » conclût-il en haussant les épaules. Il était son ami. Et c'était à ça qu'il devait servir. L'aider à s'en remettre, la secouer et la remettre sur pied en lui redonnant confiance en elle-même.
©billpazuzu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5157-manuel-o-nothing-sweet-about-me
Invité
Invité


MessageSujet: Re: « Know that I'm with you » — Aé & Manu   Lun 10 Mar - 16:05


Passer Noël seule ne l’enchantait pas. Elle s’était dit « je ferai comme si c’était un soir banal » mais inconsciemment, Aédan savait qu’elle en serait incapable. L’ambiance de Noël et les retrouvailles avec sa famille lui faisaient à chaque fois un bien fou malgré les difficultés de la vie. Cette année, celle-ci s’était acharnée sur elle. La perte de Braxton  avait laissé un grand vide en elle, comblé en partie par l’arrivée de son jumeau. Elle avait de suite été bien avec lui. Pourtant, RHI avait pointé un détail qu’elle avait voulu enfouir en elle. La raison de son bien être avec Manuel. L’aimait-elle autant parce qu’il était le sosie de son défunt frère ? « non ! » était évidemment la première réponse qu’elle donnait. Seulement, elle l’avait laissé approcher à cause de son physique, jamais elle n’aurait accepté l’aide de quelqu’un d’autre. Ceux qui s’étaient risqués à le faire étaient repartis bredouilles. Aujourd’hui Aédan ne les confondait plus. Ils n’avaient pas du tout le même caractère, ni la même voix ou bien le même regard. Leurs yeux parfaitement bleus ne dégageaient pas les mêmes émotions. Braxton était beaucoup plus froid, plus dur mais tellement fragile au fond. Manuel lui, paraissaient si tendre et aimant, très tactile aussi. Chose qu’elle n’avait plus autant accepté depuis et avant Braxton.

Voir Manuel dans l’encadrement de sa porte la surprit totalement. Elle l’avait ignoré depuis Halloween, le laissant seul dans cette ville qu’il ne connaissait pas et il venait chez elle, les bras chargés le soir de Noël. Ce garçon avait un cœur énorme que ça la troublait. Elle se demandait encore si elle méritait réellement toute cette attention. Aédan lui avait promis de l’aider et tout ce qu’elle avait fait c’était l’abandonner. Elle s’en voulait. Terriblement. Chaque jour depuis le sms de RHI, elle pensait à lui, se demandant ce qu’il pouvait faire, s’il s’en sortait. Mais elle avait tellement honte qu’elle n’osait pas reprendre contact. Honte de ce que RHI avait dit, honte de ce qu’il pourrait penser. Pourtant, il n’avait fait que la rassurer mais elle ne pouvait s’empêcher de se dire qu’il avait réfléchi et qu’il s’était rendu compte qu’elle n’était pas une bonne personne, qu’elle ne le côtoyait que pour son physique semblable à celui de Braxton. C’était faux mais elle n’avait pas le courage de se défendre.  

Timidement, elle l’invita à entrer et le regarda déposer ses boites alimentaires. Ça sentait divinement bon et son appétit éteint depuis quelques temps venait de se réveiller. Était-ce réellement l’odeur des mets ou plutôt la présence de Manuel dans son appartement ? Le voir sourire réchauffa son cœur malgré l’angoisse. Il ne semblait pas lui en vouloir et pourtant il aurait dû. « J'espère que tu as faim. Il y en a pour un régiment » annonça-t-il adorablement. Son accent la fit sourire sans qu’elle ne puisse se retenir. Il lui avait manqué. Cette voix chantante, agréable et d’une douceur incomparable. Il avait un pouvoir calmant sur elle et ça ne fit que la troubler un peu plus. Encore une fois, elle se demanda si elle ne reportait pas ses sentiments pour Braxton sur ce jumeau venu d’ailleurs. Pourtant, ce qui se passait en elle était bien différent de ce qu’elle avait pu ressentir en présence de Braxton. Seulement, c’était impossible à expliquer et à décrire.

Avant tout, elle voulut s’excuser, ne pas passer sous silence ce qu’elle lui avait fait. Aédan ne voulait pas qu’il pense qu’elle s’en fichait, que ça n’avait pas compté. L’abandonner lui avait fait réellement mal mais elle n’avait pu s’en empêcher et elle avait vraiment besoin qu’il comprenne. Sa voix se fit tremblante et la jeune femme se demanda même s’il avait tout compris. Stressée, elle le regarda s’approcher. Elle avait encore cette peur quand les gens se retrouvaient trop près d’elle mais, avec lui, elle ne put reculer. Son corps paniqué n’obéissait plus, elle voulait l’avoir contre elle et sentir ses bras l’enserrer ne fit que la calmer un peu plus. Il était d’une tendresse inégalable et elle s’en voulut encore plus de l’avoir laissé seul. Il ne voulait que son bien, il fallait réellement qu’elle s’y habitue. Lorsqu’il se sépara d’elle, Aédan eut froid. Un frisson désagréable qui ne dura pourtant qu’un instant et s’évapora lorsqu’elle comprit qu’il n’allait pas partir. « J'ai compris, tu sais ? J'ai compris pourquoi tu ne me donnais plus de nouvelles. » Replaçant une mèche de ses longs cheveux, la jeune femme le fixa, un peu gênée. Elle ne pouvait pas espérer mieux. Etre comprise était une chose qui lui avait manqué toute sa vie parce qu’elle avait fui les gens ne leur laissant jamais le temps de savoir ce qu’elle traversait. « Tu avais beaucoup... à refouler avant de pouvoir... me faire face à nouveau. Des évènements que tu avais déjà tacher de supporter, de mettre de côté et d'oublier en quelques sortes pour vivre sereinement. Mais tu n'as rien à craindre de moi... » Chaque parole trouvait refuge en elle, s’imprégnant à jamais pour ne plus douter de lui.  « Je n'ai aucun jugement à émettre à propos de ton passé. Bien au contraire. Je pense que tu es une femme courageuse... et plus forte que tu ne le penses. Et je suis là pour t'aider à le comprendre. » Doucement, un sourire se dessina sur le visage fatigué de la jeune femme. « Si tu savais comme tes mots me font du bien… J’ai toujours repoussé les gens… Je ne les laissais pas essayer de me comprendre… » C’était douloureux de repenser à toutes les horreurs qu’elle avait pu dire à des amis qui avaient voulu l’aider. La jeune femme n’avait trouvé que ce moyen de se défendre et elle le regrettait aujourd’hui. « Je m’sens si seule… J’en peux plus… » Son sourire laissa place à une moue triste, l’envie de pleurer la gagnant. « J’aurais pas dû te repousser… J’regrette tellement… » Doucement, elle s’approcha de lui et prit sa main. Elle aurait aimé le serrer dans ses bras d’elle-même mais elle n’en fut pas capable. Ses doigts s’entrelacèrent à ceux de son ami et elle porta sa main à ses lèvres qu’elle posa tendrement contre sa peau. Au contact, elle ferma les yeux et profita longuement avant de reprendre tout en gardant sa main contre sa bouche, ses lèvres la frôlant à chaque mot. « Merci pour tout ce que tu fais… J’aimerais tant en faire autant pour toi… Je te promets que je ne te laisserai plus… jamais… » Elle lui faisait une promesse qu’elle n’était même pas sûre de tenir. Après tout, Braxton était mort, personne ne savait ce qu’il pouvait se passer dans la vie et celle d’Aédan était tellement jonchée d’embuches qu’elle avait peur. « Tu sais… J’ai pas envie qu’il t’arrive quelque chose… J’ai l’impression de porter malheur aux gens… Et je voudrais juste être heureuse… Avec toi, tu comprends ? » Elle avait envie de sourire à la vie, elle y avait repris goût avant que RHI ne vienne tout gâcher. « J’ai l’impression que RHI m’a mise en garde et qu’elle me rappelle que je ne peux pas être heureuse… Mais j’le veux… J’le veux vraiment parce qu’avec toi j’me sens vraiment bien… » Sa bouche embrassa longuement sa main avant de la relâcher. « Je tiens beaucoup à toi… Et ça me fait peur… » Elle n’avait  pas peur de l’apprécier ou de l’aimer juste à cause de « l’amour », elle avait juste la crainte qu’il lui arrive quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gale Highland
DOUBLE-COMPTE : nope
MESSAGES : 379
ARRIVÉE : 20/05/2013
LOCALISATION : uc



MessageSujet: Re: « Know that I'm with you » — Aé & Manu   Lun 24 Mar - 18:18


Aédan & Manuel
Il était là pour elle. Principalement. Mais il se trouvait là pour lui même aussi. En effet, pendant des semaines sans la jeune femme, Manuel s'était senti bien seul. Être solitaire est différent d'être seul. Il était solitaire mais il n'aimait pas spécialement être totalement privé de compagnie. Surtout une compagnie aussi agréable que celle d'Aédan. Bien sûr, la jeune femme allait mal et beaucoup se serait lassé de côtoyer quelqu'un dont le passé semblait plus noir encore qu'on pouvait l'imaginer prime abord. Mais ce passé là intéressait Manuel sans qu'il puisse vraiment l'expliquer. Il se sentait responsable d'elle, il se sentait nécessaire et utile. Ca n'était peut-être pas tout à fait le cas évidemment mais c'était ce qu'il ressentait. Sincèrement. Il aimait cette impression. Jusqu'alors, l'envie d'être important pour qui que ce soit ne lui avait jamais paru primordiale. Evidemment c'était intéressant mais il ne le recherchait pas forcément. C'était quelque chose qui se faisait naturellement, lorsqu'on devenait ami avec quelqu'un. Mais dans le cas présent, l'amitié que Aédan et lui partageaient était toute particulière. Il y avait cette espèce d'aura entre eux, cette évidence. Il devait la protéger, lui maintenir la tête hors de l'eau, la relever lorsqu'elle chutait. C'était sa mission. Il avait évidemment d'autre but à son actif, comme ouvrir son propre restaurant et en devenir un des chef cuisto, arriver à se créer la vie qu'il voulait ici, à Arrowsic. Mais être là pour Aédan comptait tout autant que ces objectifs, que ces aspirations de vie. Et ce soir, il le prouvait. C'était Noël. Il aurait pu retourner en Espagne pour voir ses parents. Au lieu de cela, il les avait appeler en video conférence, les avait embrassé à la caméra avant de se mettre aux fourneaux pour que la jeune femme ait un véritable repas de fête. Et il y avait littéralement passé des heures. Parce qu'il voulait vraiment qu'elle aime.

Trouver la jeune femme dans cet état, prête à s'effondrer lui avait tordu le ventre désagréablement. Aussi, il n'avait pas pu s'empêcher de la prendre dans ses bras, de l'étreindre pour lui montrer physiquement le fait qu'il était là, avec elle et pour elle. Puis il lui dît ce qu'il pensait. Sincèrement. Il la comprenait totalement. Elle avait juste eu honte. Terriblement honte certainement qu'il apprenne quelque chose de si grave de cette manière. Manuel détestait cette RHI pour avoir fait ça à sa jolie demoiselle. Évidemment qu'il voulait savoir. Mais il voulait des explications de la bouche de la concernée. Et il fut surpris de voir que suite à son discours la jeune femme paraissait aussi touchée. Il avait l'impression de parler normalement, en exprimant juste ce qu'il pensait. Il la regarda prendre sa main et l'embrasser. Il ne bougea pas, la laissant parler à présent. Elle semblait tellement reconnaissante qu'un instant il s'en trouva gêné. Est-ce qu'il en faisait trop ? Il ne se posa pas plus la question et l'écouta. « Si tu savais comme tes mots me font du bien… J’ai toujours repoussé les gens… Je ne les laissais pas essayer de me comprendre… » Elle lui souriait quelques instants plus tôt mais alors qu'elle parlait, il avait l'impression qu'elle allait fondre en larmes. Cette vue lui faisait mal, à lui aussi. « Je m’sens si seule… J’en peux plus… » Il ne savait pas quoi faire. La reprendre dans ses bras ? La serrer encore ? Il détestait qu'elle soit dans cet état. Pourquoi est-ce que ça le troublait tellement ? Qu'avait-elle de si spécial ? Il n'en savait rien. Peut-être que le fait qu'elle soit la dernière chose qui le rattachait à son frère y contribuait mais il en doutait fortement. « J’aurais pas dû te repousser… J’regrette tellement… » Il pinça les lèvres et ouvrît la bouche pour répondre mais elle lui prît la main et la posa contre sa jolie bouche pour l'embrasser. Elle avait les lèvres chaudes, très agréables. « Merci pour tout ce que tu fais… J’aimerais tant en faire autant pour toi… Je te promets que je ne te laisserai plus… jamais… » Alors qu'elle parlait, chaque syllabe frappait délicatement d'un souffle chaud la peau du dos de la main de Manuel et il l'observait, ne bougeant pas. Il sourît doucement à ses mots et frôla de son pouce les doigts de la jeune femme. Attendant qu'elle termine, il profita seulement de ce doux contact. « Tu sais… J’ai pas envie qu’il t’arrive quelque chose… J’ai l’impression de porter malheur aux gens… Et je voudrais juste être heureuse… Avec toi, tu comprends ? » Il fronça doucement les sourcils mais acquiesça. Il comprenait mais il n'aimait pas ça. Est-ce qu'elle faisait allusion à Braxton ? Au fait qu'il était mort en sa compagnie ? C'était complètement fou. Elle était certes encore traumatisée par cet événement mais de là à penser que c'était de sa faute... qu'elle était coupable de son propre malheur, il n'aimait pas ça. Il voulût répondre mais elle enchaîna. « J’ai l’impression que RHI m’a mise en garde et qu’elle me rappelle que je ne peux pas être heureuse… Mais j’le veux… J’le veux vraiment parce qu’avec toi j’me sens vraiment bien… » Il aurait tellement voulu lui dire que c'était réciproque mais il ne pût dire un mot alors qu'elle l'embrassait à nouveau sur la main avant de la lâcher. Il la laissa tomber le long de son propre corps, se sentant étrange, presque comme si son autre main était jalouse de toutes les attentions qu'avaient reçu sa voisine. « Je tiens beaucoup à toi… Et ça me fait peur… » ajouta-t-elle finalement et il comprît qu'elle avait terminé de parler. Il fît non de la tête en se mordant la lèvre. « S'il te plaît, n'ai pas peur... »

Lentement, il passa un bras autour de ses épaules et lui chuchota. « Viens... » avant de l'emmener vers le salon. Il devinait où se trouvait les pièces sans trop de difficulté. C'était un appartement standard. Il s'assied dans le canapé et il l'attira contre lui. Caressant du bout des doigts ses cheveux, il la fixa. « Je ne voulais pas t'interrompre tout à l'heure, guapa... » commença-t-il en venant frôler sa joue de son pouce avec un petit sourire. « Mais il y a tellement de choses que tu as dîtes sur lesquelles je ne suis pas d'accord. » continua-t-il, le ton doux et chaleureux. Il la rapprocha un peu et embrassa sa tempe. « Pour commencer... tu n'es pas seule. Pas du tout. » entama-t-il pour répondre à ses propos. Il la tourna vers lui et prît ses mains dans les siennes, se tournant lui-même de biais pour lui faire face. Il plongea ses yeux dans les siens et sourît tendrement. « Tu ne l'es pas puisque tu m'as moi. Et c'est pour quoi je ne veux plus que tu me repousses. Je ne te veux aucun mal. Je ne te demande pas un compte-rendu de tout ce que tu as pu vivre de négatif maintenant et tout de suite. Ces explications, tu ne me les dois pas. Tu me les diras seulement si tu en ressens le besoin. Et je serai là pour écouter. » Il entremêla leurs doigts, lui adressant un faible sourire qu'il espérait un minimum rassurant. Il se pencha et embrassa son front, longuement. Posant ensuite le sien contre ce dernier, il y resta longuement, leur nez se touchant à peine. « Je serai toujours là, Aédan. » chuchota-t-il en serrant un peu plus ses doigts dans les siens. « Je suis ton ami et je ne pense pas du tout que tu me portes malheur. Bien au contraire. Je me sens réellement investi d'une mission en ta compagnie. Quelque chose d'évident. Je dois être là. Je dois te protéger. Et je dois t'aider... » Il se redressa un peu et capta à nouveau son regard dévasté mais superbe. « Et rien ni personne ne pourra m'arrêter. » ajouta-t-il, esquissant ensuite un sourire, caressant ses doigts des siens, subtilement, inconsciemment. Elle avait les mains douces et chaudes. Comme la plupart des femmes certes, mais les siennes étaient particulièrement agréables à toucher. Il baissa lentement les yeux vers leurs mains liées et sourît attendri. « Je ne te lâche plus, voilà. » conclût-il avant de lâcher un petit rire. Il voulait qu'elle est confiance en lui. En eux. Et en la vie. Même si ça devait être dur pour elle c'est ce qu'il voulait lui apporter par son soutien. De la confiance. « As-tu confiance en moi ? » demanda-t-il donc, pour s'en assurer.
©billpazuzu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5157-manuel-o-nothing-sweet-about-me
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: « Know that I'm with you » — Aé & Manu   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Know that I'm with you » — Aé & Manu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Sinfunia Nustrale
» Blast de Larcenet
» Atelier Darth Manu - CUSTOM Commandant CODY Koto
» Manu Payet
» Larcenet dédicacé...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THEY HIDE UNDER BEDS. ☂ :: just gonna stand there and watch me burn :: every song has an ending :: souvenirs de la première version :: sujets rp-