Partagez | 
 

 T h e A r t O f L e a v i n g •• aubrey-rose sullivan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: T h e A r t O f L e a v i n g •• aubrey-rose sullivan   Sam 21 Nov - 9:36




AUBREY-ROSE  SULLIVAN


❝ Kiss me until I forget how terrified I am of everything wrong with my life.❞

nom : Sullivan ✗ prénom : Aubrey-Rose ✗ date de naissance : 16 Mai 1991 ✗ âge : 24 ans ✗ lieu de naissance :Arrowsic, Maine ✗ nationalité : Américaine  ✗ orientation sexuelle : Bisexuelle ✗ statut marital : célibataire ✗ métier/études : Fraichement diplômée en littérature et histoire de l'Art, actuellement sans emploi. ✗ groupe : I'm nostalgic ✗ avatar : Gigi Hadid ✗ crédit : tumblr.






Rares sont les personnes qui l’appellent « Aubrey-Rose », elle préfère Aubz pour les intimes, ou tout simplement Aubrey. Personne n’a envie de s’embêter à prononcer un long prénom composé, de toute façon. •• Aubrey possède plusieurs tatouages: une boussole pour représenter son côté aventurière/voyageuse, « never grow up » pour lui rappeler de garder son âme d’enfant, et « Alice », le prénom de sa soeur. Elle a également plusieurs piercing aux oreilles et fut un temps où elle en voulait un au nombril mais elle n’a au final jamais craqué •• Sa saison préférée est l’automne, parce que c’est à ce moment-là que la nature est la plus belle selon elle. Sa fête préférée est Thanksgiving et son jour préféré de l’année est celui de son anniversaire •• Elle a beaucoup voyagé dans sa courte vie. En dehors du voyage qu’elle a fait seule en Australie, puis en Asie, elle est également allée en Amérique du Sud et en Europe (plusieurs fois). Elle rêve à présent de poser les pieds en Afrique •• Elle  a une peur bleue des poules, elle déteste les clowns et ne prononcera jamais le mot « croûte » •• Ses trois plus gros défauts sont: l’impulsivité, la gourmandise et son caractère bien trempé. Ses trois plus grosses qualités sont: l’honnêteté, la détermination et la douceur •• Aubz a fait des études de littérature et d’histoire de l’art. Elle a longtemps voulu travailler dans un musée, mais à présent elle songe à devenir enseignante ou à tenter sa chance dans l’écriture, comme son père l’a fait avant elle. Elle est douée en peinture, grâce à sa mère qui lui a appris à peindre dès la petite enfance, mais c’est une piètre musicienne. Elle s’est essayée au piano, ce fut un bel échec! L’écriture reste son échappatoire. Depuis l’âge de treize ans, elle tient un journal et y écrit très régulièrement. •• Malgré tout ses voyages, elle ne parle pas un mot d’une seule langue étrangère. Elle a toujours été un peu paresseuse à ce niveau-là et se contente de sa langue maternelle qui lui permet de se faire comprendre à peu près partout. En revanche, elle a des amis à travers le monde et déclare souvent que ce qu’elle déteste le plus ce sont les océans qui la séparent de ces gens qu’elle aime •• Elle aime les hommes, mais aussi les femmes. Elle l’a toujours su, et n’a jamais vraiment fait de coming out ou de grande révélation. Elle apporte très peu d’importance à ces choses-là et jusqu’à présent, elle n’a jamais eu de problème avec sa sexualité. Elle a été en couple avec aussi bien des hommes et des femmes, sa plus longue relation fut avec un homme mais la plus passionnée fut avec une femme. •• Quand elle est énervée, elle pleure, quand elle est stressée, elle pleure, quand elle est fatiguée, elle pleure, quand elle est heureuse, elle pleure. Oui, elle pleure beaucoup, mais elle le vit bien. C’est juste une façon comme une autre d’extérioriser. Elle n’y peut pas grand chose. •• Depuis trois ans, elle est végétarienne. Son aliment préféré est l’aubergine, elle pourrait manger des chips de kale tous les jours et elle a une passion très étrange pour les bananes (pas de sexual jokes, merci). Elle évite le café, mais a besoin de son chaï latte quotidien. Elle est allergique au gluten (et non, ceci n’est pas une mode). D’ailleurs, ça ne l’empêche pas d’être très gourmande et de se nourrir d’autres choses que de laitue et de graines.



LÉA


âge : 21 ans ✗ pays : Nouvelle-Zélande (d'où les heures chelou auxquelles vous risquez de me voir me connecter/poster) ✗ fréquence de connexion : 3j/7j ✗ où as-tu connu thub ? PRD, et puis j'en ai entendu parler par d'autres rpgistes aussi, d'ailleurs j'ai reconnu quelques personnes ici    ✗ inventé/scénario : inventé ✗ avis sur le forum : Il m'a l'air accueillant, chaleureux et je suis curieuse de voir ce qui m'attend après validation! ✗ c'est ton dernier mot, jean pierre ? Trop de pression pour moi. J'ai cherché un dernier mot digne de ce nom mais pfiouuu, j'ai mal à la tête.  





Dernière édition par Aubrey-Rose Sullivan le Dim 22 Nov - 6:44, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: T h e A r t O f L e a v i n g •• aubrey-rose sullivan   Sam 21 Nov - 9:36





❝ And like this our hearts grow smaller and smaller with every memory forgotten until eventually, we are unable to feel much of anything at all. ❞




« Toi, tu t’en fous. Tout ce que tu sais faire c’est t’enfuir en courant dès que les choses deviennent trop compliquées! » Je me souviens encore, comme si c’était hier, du regard noir de ma soeur lorsqu’elle a craché ces mots-là à ma figure. Pour la première fois de ma vie, ma petite Alice avait haussé le ton de sa voix et s’était fâchée violemment après moi. Je me souviens de l’incrédulité qui s’était presque aussitôt emparée de moi, j’avais cherché le contact de ses bras alors que je murmurais des « Je suis désolée » du bout des lèvres. Désolée, je l’étais réellement. Alice avait toujours été la prunelle de mes yeux, depuis sa naissance j’avais toujours tout fait pour la protéger et la préserver de ce monde souvent cruel. Jamais je n’aurais cru un jour être la source de sa colère. Cependant, elle avait raison tant dans cette déclaration que dans le fait d’être fâchée. Je ne méritais pas son pardon. Pas cette fois. Et pourtant, j’espérais qu’elle trouverait la force un jour de m’aimer à nouveau.

Je suis née à Arrowsic le 16 Mai 1991, il était 21h20 lorsque j’ai poussé mon premier cri. Je suis la fille aînée de Hank et Elizabeth Sullivan. Papa était un journaliste de formation mais un poète dans l’âme. Pendant des années il a travaillé à New York où il a rencontré maman, alors qu’elle n’était qu’une petite étudiante des Beaux Arts. Il venait d’une famille modeste, ni riche, ni pauvre, tandis qu’elle a grandi dans l’Upper East Side au milieu des paillettes et du champagne. Malgré leurs différences, ils ont trouvé l’un en l’autre la passion et l’amour infini, et c’est ainsi que leur histoire a commencé. Toute petite, je me rappelle entendre papa l’appeler « sa muse », il disait qu’il n’y avait pas de plus belle femme au monde que maman. Enfant, je la regardais avec admiration en me demandant ce que cela ferait d’être un jour aimée comme elle l’était. Mes parents se sont installés à Arrowsic environ deux ans avant ma naissance. Fatigué de la grande ville, papa voulait se consacrer à sa véritable passion pour la poésie. Il a convaincu maman de venir s’installer au milieu de nulle part, elle l’a suivi parce qu’elle l’aimait trop pour lui refuser quoi que ce soit. Il disait que ce serait l’endroit idéal pour élever des enfants et mener une vie tranquille. Il n’avait pas tord. Mon enfance à Arrowsic fut fantastique. J’ai passé des heures et des heures à jouer dans les grandes étendues d’herbe, à courir partout et à escalader des arbres en prétendant être une aventurière de première classe mondiale. Légèrement garçon manqué sur les bords, je n’avais peur de rien. Incapable de rester en place, j’aimais être à l’air libre, me rouler dans l’herbe au printemps et faire des batailles de boules de neige en hiver. J’entrainais toujours Alice dans mes aventures. Alice, c’est ma petite soeur. Nous avons deux ans d’écart, et nous sommes les meilleures amies du monde. Du moins nous l’étions. Notre vie à Arrowsic était tout ce qu’il y a de plus sain pour des enfants. Nous avons grandi entourées d’une famille et d’amis aimants, nous étions heureuses. Je n’imaginais pas que les choses puissent changer radicalement du jour au lendemain… Papa est mort un soir d’été. Il s’est écroulé au sol pendant une petite fête chez les voisins. Les secours sont arrivés rapidement, je m’en souviens. Je tenais Alice fermement contre moi alors que les urgentistes se précipitaient sur le corps inanimé de notre père. Je n’arrivais pas à regarder autre chose que les lumières aveuglantes de l’ambulance tandis que les pleurs et les cris de désespoir de maman me parvenaient aux oreilles. J’avais douze ans lorsque son coeur s’est arrêté. Crise cardiaque foudroyante à quarante trois ans à peine. Il avait encore tant de choses à vivre, tant de choses à m’apprendre… J’ai vécu la mort de mon père comme la pire des injustices, mais de nous trois celle qui en souffrit le plus fut maman. Elle passa des jours entier dans le noir, à ne plus savoir comment vivre sans sa moitié. Grand mère se déplaça jusqu’à Arrowsic pour s’occuper d’Alice et moi, et à force de persuasion, elle parvint à convaincre maman de se faire aider. On l’envoya en thérapie, tandis que la vie reprit son cours et que l’on se remit à courir dans les parcs et danser sous la pluie dans les rue d’Arrowsic. Plus que jamais, je trouvais ma sérénité dans la nature, c’était là que j’avais l’impression de pouvoir encore communiquer avec mon père. Je voulais passer le reste de ma vie dans le Maine, pour rester proche de son esprit. Mais au retour de ma mère, les choses s’enchainèrent rapidement. Elle ne supportait plus de vivre loin de tout, je crois aussi qu’elle n’aimait pas cette impression de voir mon père partout où elle allait: la supérette en centre-ville, le banc devant le grand chêne au parc, ou encore une table vide dans son café favoris. Il avait été l’amour de sa vie, mais son omniprésence qui la hantait au delà de sa mort avait quelque chose d’insupportable pour ma mère. Elle décida donc de faire nos bagages et de retourner à New York avec Alice et moi. Nous n’avions pas l’habitude de la grande ville, les premiers mois furent un véritable calvaire. C’est à cette époque-là que les choses devinrent tendues entre maman et moi. J’entrais tout juste dans l’adolescence, et voilà qu’elle m’infligeait une vie totalement nouvelle, je me retrouvais immergée dans un monde qui ne me plaisait pas et qui, j’en étais persuadée, n’aurait pas plu à mon père non plus. Nous avions toujours mené une existence simple, loin des paillettes, et voilà que je me retrouvais dans une école privée huppée de Manhattan au milieu de tout ces gosses de riches qui ne s’intéressaient à rien d’autre que leur petit nombril. Mon caractère d’aventurière se mêla à un besoin profond de me rebeller. Je n’avais pas quinze ans lorsque je m’autorisais ma première tentative de fugue. Il y en eu plusieurs qui suivirent et toutes échouèrent plus ou moins. Je parvins tout de même à me rendre dans le Vermont une fois, mais je n’ai jamais réussi à rejoindre Arrowsic. Eventuellement, j’ai fini par accepter mon sort de petite new yorkaise, en me promettant malgré tout de ne jamais céder aux mentalités qui ne me correspondaient pas. À Dix sept ans pourtant, je passais mon temps dans les bars branchés, buvant des cocktails hors de prix que j’avais obtenu grâce à un battement de cils et un bon gros billet glissé en douce au barman. Je faisais partie intégrante de ce que vous appelez la jeunesse dorée. Insouciante et destructrice, je faisais tout ce qu’il ne fallait pas faire et envoyait chier n’importe quelle forme d’autorité que biens des adultes tentèrent d’appliquer sur moi. Ma mère avait eu le temps de se remarier, puis de divorcer et enfin à nouveau se fiancer. Elle pensait qu’avoir une figure paternelle était important pour Alice et moi, mais aucun homme n’aurait jamais pu remplacer mon père à mes yeux. J’étais devenue passionnée par la littérature, et je passais souvent de longues heures à lire et relire les écrits que papa avait laissé derrière lui. Ces moments-là me semblaient les plus authentiques, c’était dans cette intimité que je m’autorisais à être véritablement moi-même. Le reste du temps, tout n’était que paraitre. J’étais plutôt douée pour jouer les filles cool et décontractée alors qu’en réalité tout ce que j’attendais c’était de fêter mes dix huit pour pouvoir me tirer. Aussi, lorsque mon anniversaire arriva, je n’attendis pas longtemps avant d’annoncer mon départ à ma mère et ma soeur. Bizarrement, maman approuva. Elle disait que m’éloigner me ferait peut-être du bien. J’avais choisi l’Australie. Inscrite à l’université de Monash à Melbourne, j’eu l’impression de revivre. Pendant quatre ans, ma vie fut rythmée par des feux de joie sur la plage, l’eau salée dans mes cheveux, l’apprentissage du surf, les histoires amoureuses éphémères, une très courte carrière en tant que mannequin et des tas d’éclats de rire à gorge déployée. J’étais heureuse. Ma soeur, qui avait toujours aimé me suivre partout, avait fini par me rejoindre à son tour. Pendant deux ans, nous avons vécu au jour le jour, unies comme les cinq doigts d’une main. Alice était tout pour moi. Elle l’est toujours. Durant ma dernière année à Melbourne, j’ai rencontré Emma. Elle était tout ce que j’avais toujours voulu être: libre, inspirée, électrifiante, déterminée et pleine d’espoir. Elle était aussi très intelligente et créative, et d’une beauté sans égale. Elle n’était pas la première fille dont j’étais sous le charme, mais elle fut la première à qui j’osais dire « Je t’aime ». Notre relation fut comme un feu d’artifices. Magique et explosive. Nous étions pareilles elle et moi, et pourtant si différentes. Nous avions le chic pour nous aimer très fort un instant et nous haïr la seconde suivante. Elle était passionnée dans tout ce qu’elle entreprenait, alors forcément quand on s’engueulait c’était à coup de grands cris, de vaisselle cassée et de portes claquées. Les réconciliations n’en étaient que plus fortes. Peu à peu, je devenais accro à cette fille et ce qu’elle me faisait ressentir. J’aimais jouer avec le feu, et elle en faisait de même. On s’aimait à en crever, mais pour une raison que je n’explique pas moi-même, on adorait se faire du mal. La ligne fut franchie lorsqu’après une énième engueulade, j’ai terminé dans les bras d’un inconnu. Je lui ai tout avoué et Emma m’a quitté. J’avais tout gâché pour un coup d’un soir et le manque d’Emma ne tarda pas à m’asphyxier. Elle me manquait terriblement, tout le temps, sans répit. La dépression est devenue mon amie, sans doute cela est-il de famille. Alice n’arrêtait pas de répéter que je ressemblais à maman, des années auparavant, après la mort de papa. Elle disait qu’il fallait que je me fasse aider… Mais parler à des psychologues chevronnés et pleurer sur mes problèmes entourée d’autres personnes écorchées par la vie, très peu pour moi. Je me suis relevée toute seule, comme une grande. Du moins, j’ai essayé. Ce serait mentir que de dire que la vie a été facile après le départ d’Emma. Parfois, il m’arrive encore d’éclater en sanglots sans raison apparente, juste parce qu’elle me manque. Après l’obtention de mon diplôme, j’ai entamé un grand voyage à travers l’Australie, puis Bali, la Malaisie, le Vietnam, la Thaïlande et l’Inde. Pendant des mois, avec rien d’autre qu’un sac à dos et des inconnus rencontrés le long du chemin, j’ai traversé une partie du monde. Je ne cherchais rien en particulier, si ce n’est peut-être moi-même. J’ai passé des jours entiers à réfléchir à ce qu’était ma vie, ce que je voulais devenir, où j’allais et pourquoi. J’ai beaucoup pensé à mon père, et j’ai eu l’impression qu’il était à mes côtés à chaque instant de mon périple. J’ai réalisé que me faire du mal, comme je l’avais fait auparavant, ne me mènerait jamais bien loin, qu’il fallait que j’apprenne à m’aimer et surtout à pardonner. Pardonner à ma mère, me pardonner à moi-même, pardonner à Emma aussi, pour tout le monde que l’on s’est fait. Pendant tout ce temps, j’ai coupé tout contact, y compris avec Alice. J’avais besoin de réfléchir, et de trouver un sens aux choses, un but à ma vie. Je n’ai pas encore trouvé, j’ai réalisé que ce genre de choses ne vient pas aussi facilement et ce n’est parfois pas avant que la mort toque à notre propre porte pour nous emporter que l’on réalise le sens de notre existence. Je ne suis plus pressée, j’ai appris à accepter de ne pas tout contrôler, j’ai appris à accepter l’inconnu et l’incertitude. À vingt quatre ans désormais, j’ai décidé qu’il était temps de rentrer à la maison. La vraie maison. J’ai appelé Alice, premier signe de vie depuis un an et trois mois, elle m’a raccroché au nez. Je suis rentrée à New York, un peu honteuse mais tellement plus confiante et bien dans mes baskets. Ma soeur était là elle aussi, mais elle a refusé de m’adresser la parole, jusqu’au moment où j’ai annoncé que je partais à nouveau mais pour m’installer beaucoup plus près de New York. « Je retourne à Arrowsic. » avais-je déclaré avec une joie à peine cachée. « J’ai besoin de temps pour me retrouver, pour être heureuse à nouveau. J’ai envie de retrouver la maison de mon enfance, mes souvenirs de petite fille… » Après le chaos qu’avait été ma vie, j’avais besoin de calme et je savais que la ville qui m’avait vu naitre était l’endroit idéal pour recommencer à zéro. Alice s’est énervée, et c’est là qu’elle m’a accusé d’être une fuyarde, incapable de faire face à mes problèmes. Peut-être bien que c’était vrai avant, mais je crois avoir changé. Cette fois, je compte bien rester. Je n’ai plus envie de courir, je voudrais juste me poser. Maman dit qu’Alice finira bien par me pardonner, j’espère que c’est vrai. J’ai eu besoin de disparaitre pour pouvoir revenir aux sources, j’ai conscience de la cruauté que j’ai infligé à ma soeur, mais je n’ai pas de regret. Pour la première fois depuis douze ans, j’ai l’impression d’être en paix avec moi-même et il n’y a pas meilleur sentiment que celui-ci.



Dernière édition par Aubrey-Rose Sullivan le Dim 22 Nov - 5:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Toby Nichols
MESSAGES : 31
ARRIVÉE : 13/11/2015


MessageSujet: Re: T h e A r t O f L e a v i n g •• aubrey-rose sullivan   Sam 21 Nov - 10:03

Welcoooooooome!
Je suis trop fan du prénom!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5788-toby-we-keep-this-love-in-a-photograph http://...
avatar
Fernando Gautier-Perez
DOUBLE-COMPTE : jona & louis.
MESSAGES : 8067
ARRIVÉE : 07/03/2012
LOCALISATION : à l'hôpital.



MessageSujet: Re: T h e A r t O f L e a v i n g •• aubrey-rose sullivan   Sam 21 Nov - 10:05

J'adore le prénom et le choix d'avatar
Bienvenue parmi nous J'espère que tu te plairas ici du coup I love you

_________________
TAKEN AWAY TO THE DARK SIDE
Je ne sais pas pourquoi non plus est-ce qu'une petite goutte de pluie s'échappe de mes yeux ni pourquoi ça fait si mal d'être en vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t3256-fernando-mentir-est-ma-seconde-langue-maternelle http://hideunderbeds.1fr1.net/t3264-je-suis-docteur-je-peux-soigner-tes-maux-de-coeur
avatar
Llewyn H. Fitzgerald
please, save me from myself. ”
DOUBLE-COMPTE : La schizophrénie ne nécessite pas plusieurs corps, mais une seule tête.
MESSAGES : 423
ARRIVÉE : 10/11/2013
LOCALISATION : Au sommet du Squirrel Point Light, affrontant l'horizon.



MessageSujet: Re: T h e A r t O f L e a v i n g •• aubrey-rose sullivan   Sam 21 Nov - 10:35

Ouh, je l'aime déjà ♥
Bienvenue !

_________________

    — it's hard to look you in the eyes when my heart want your lips. it's hard to love you, when you are everything to me, but i'm not everything to you. I deserve a smile, but it doesn't matter anymore... Shall I disappear in your shadow ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5679-llewyn-dear-monster-let-s-go-back-home http://hideunderbeds.1fr1.net/t5733-llewyn-i-m-alone-but-you-can-follow-me
Invité
Invité


MessageSujet: Re: T h e A r t O f L e a v i n g •• aubrey-rose sullivan   Sam 21 Nov - 10:37

Llewyn H. Fitzgerald a écrit:
Ouh, je l'aime déjà ♥️
Bienvenue !

Elow, même pas tu me reconnais?

Merci à tous
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Llewyn H. Fitzgerald
please, save me from myself. ”
DOUBLE-COMPTE : La schizophrénie ne nécessite pas plusieurs corps, mais une seule tête.
MESSAGES : 423
ARRIVÉE : 10/11/2013
LOCALISATION : Au sommet du Squirrel Point Light, affrontant l'horizon.



MessageSujet: Re: T h e A r t O f L e a v i n g •• aubrey-rose sullivan   Sam 21 Nov - 10:39

C'est le matin
(MAIS VIENS DANS MES BRAS ET FAIS MOI DES BEBES AVANT QUE JE TE TAPE.)

_________________

    — it's hard to look you in the eyes when my heart want your lips. it's hard to love you, when you are everything to me, but i'm not everything to you. I deserve a smile, but it doesn't matter anymore... Shall I disappear in your shadow ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5679-llewyn-dear-monster-let-s-go-back-home http://hideunderbeds.1fr1.net/t5733-llewyn-i-m-alone-but-you-can-follow-me
Invité
Invité


MessageSujet: Re: T h e A r t O f L e a v i n g •• aubrey-rose sullivan   Sam 21 Nov - 10:48

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rudy Gavennham
MESSAGES : 143
ARRIVÉE : 09/11/2015


MessageSujet: Re: T h e A r t O f L e a v i n g •• aubrey-rose sullivan   Sam 21 Nov - 14:37

Pareil, j'aime beaucoup le choix de pseudo et d'avatar What a Face
Bienvenue et bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5741-rudy-votre-vie-ressemble-a-gossip-girl-sauf-que-tout-le-monde-est-vieux-et-pauvre http://hideunderbeds.1fr1.net/t5759-rudy-gavennham-tu-serais-mon-lascar-superstar
avatar
Quinn S. Hepburn-Wilde
MESSAGES : 89
ARRIVÉE : 16/11/2015


MessageSujet: Re: T h e A r t O f L e a v i n g •• aubrey-rose sullivan   Sam 21 Nov - 15:55

Gigi. I love you
Bienvenue parmi nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5790-and-she-walked-with-heaven-in-her-step-but-hell-in-her-eyes-quinn http://hideunderbeds.1fr1.net/t5796-every-broken-piece-of-me-fell-on-every-broken-piece-of-you-quinn
avatar
Louisa Cavendish
DOUBLE-COMPTE : louisa, est la seule.
MESSAGES : 52
ARRIVÉE : 19/03/2014
LOCALISATION : quelque part entre son appartement, son studio improvisé, ou dernière le comptoir du café.



MessageSujet: Re: T h e A r t O f L e a v i n g •• aubrey-rose sullivan   Sam 21 Nov - 21:19

excellent choix d'avatar, bienvenue par ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://u.c http://u.c
avatar
Aaron Lawford
MESSAGES : 14387
ARRIVÉE : 12/01/2011


MessageSujet: Re: T h e A r t O f L e a v i n g •• aubrey-rose sullivan   Sam 21 Nov - 23:27

Qu'est-ce qu'elle est belle. I love you
Bienvenue parmi nous et bon courage pour écrire ta fiche.

_________________

“I am nothing. I’m like someone who’s been thrown into the ocean at night, floating all alone. I reach out, but no one is there. I call out, but no one answers. I have no connection to anything.” Haruki Murakami.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5712-aaron-hope-when-you-take-that-jump-you-don-t-fear-the-fall#210477 http://hideunderbeds.1fr1.net/t5717-aaron-walk-beside-me
Invité
Invité


MessageSujet: Re: T h e A r t O f L e a v i n g •• aubrey-rose sullivan   Dim 22 Nov - 1:10

Oh! Ça fait plaisir de voir que Gigi et le pseudo vous plaisent autant

Merci à tous
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Llewyn H. Fitzgerald
please, save me from myself. ”
DOUBLE-COMPTE : La schizophrénie ne nécessite pas plusieurs corps, mais une seule tête.
MESSAGES : 423
ARRIVÉE : 10/11/2013
LOCALISATION : Au sommet du Squirrel Point Light, affrontant l'horizon.



MessageSujet: Re: T h e A r t O f L e a v i n g •• aubrey-rose sullivan   Dim 22 Nov - 12:27

Comment je kiff Aubz ! J'ai déjà repéré pas mal de point commun avec mon petit Llewyn. Je t'envois un mp en rentrant ce soir !


Bienvenue à Arrowsic !




Toutes nos félicitations ! Ta fiche vient d'être validée et te voilà officiellement un habitant d'Arrowsic. Installe-toi sans plus attendre et prépare toi à vivre une toute nouvelle aventure.

Avant de sauter directement à la partie rp, voici un petit guide de notre petite ville afin que tu t'y retrouves :

✗ Même si c'est probablement déjà fait, n'oublie pas de lire les annexes du forum !

✗ Ajoute ton métier à la liste et n'oublie pas ton logement, ici (même si tu es un SDF. On ne fait pas de discrimination, ici).

✗ Pour pouvoir recenser tes liens, la catégorie Social Data est faite pour toi. Un lien conduit souvent à un rp, alors fonce ! Tu peux aussi créer le téléphone de ton personnage ou encore son compte Instagram !

✗ Tu as également la possibilité d'aller voir les scénarios actifs et réfléchir à des liens avec les personnages proposés. Ou alors, tu peux aussi créer tes propres scénarios, ici !

✗ Si tu le souhaites, tu peux aussi demander un rang, sur ce sujet. Bien entendu, toutes la partie flood est a ta disposition, alors fais-toi plaisir, mais avec modération !

Et voilà tu as tout ce qu'il faut ! Un bon jeu à toi et n'hésite pas à contacter l'une des admins si tu as des questions. Bon rp !

_________________

    — it's hard to look you in the eyes when my heart want your lips. it's hard to love you, when you are everything to me, but i'm not everything to you. I deserve a smile, but it doesn't matter anymore... Shall I disappear in your shadow ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5679-llewyn-dear-monster-let-s-go-back-home http://hideunderbeds.1fr1.net/t5733-llewyn-i-m-alone-but-you-can-follow-me
Invité
Invité


MessageSujet: Re: T h e A r t O f L e a v i n g •• aubrey-rose sullivan   Dim 22 Nov - 12:37

Llewyn H. Fitzgerald a écrit:
Comment je kiff Aubz !     J'ai déjà repéré pas mal de point commun avec mon petit Llewyn. Je t'envois un mp en rentrant ce soir !  

je vais me coucher, mais le lirai ça demain alors!

Et MERCI pour la validation
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: T h e A r t O f L e a v i n g •• aubrey-rose sullivan   

Revenir en haut Aller en bas
 

T h e A r t O f L e a v i n g •• aubrey-rose sullivan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THEY HIDE UNDER BEDS. ☂ :: i wish i was someone better :: lost in translation :: accomplished-