Partagez | 
 

 Zachalice | Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Zachary A. Menes
DOUBLE-COMPTE : Je suis déjà assez schizophrène dans ma tête.
MESSAGES : 113
ARRIVÉE : 23/01/2016
LOCALISATION : Quelque part où je serais en paix.



MessageSujet: Zachalice | Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence.   Dim 24 Jan - 14:16


Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence
ft. Alice & Zach



« Where is My Mind ? »
Zachary se réveilla avec un  énorme mal de tête. Il porta ses mains à ses tempes pour les masser. Merde. Qu'est-ce qu'il avait fait la veille ? Il ne s'en souvenait plus. Est-ce que Taylor l'avait encore entraîné dans un de ses plans foireux ? Non, ce n'était pas ça. Il n'était pas sortit de son appart depuis au moins une semaine... Ça c'était quelque chose dont il se souvenait.  D'ailleurs, l'état de son studio pouvait prouver la chose : la vaisselle qui s'entassait dans l'évier, des tas de vêtements qui gisaient dans un coin de la pièce, les lettres  du facteur glissées sous la porte... Il avait vécu en vrai ermite. Il regarda sur la table de nuit posée à côté de son lit. Enfin table de nuit... Cela est un bien grand mot. Il s'agissait d'un vieux carton d'ordinateur posé horizontalement... Dessus se trouvait, comme toujours, un paquet de cigarette qu'il s'empressa de prendre afin d'en griller une. Sur la table de nuit se trouvait aussi la boite où il rangeait une seringue et sa réserve de morphine. Il ouvrit avant de se rendre compte que cette dernière était vide à l’exception de la seringue. Il fronça les sourcils. Avait-il déjà fini son stock ? Pourtant, il avait vu son dealer il y a deux jours à peine... En tout cas cela devait expliquer pourquoi il se souvenait pas de ce qu'il avait fait la veille. « Bordel, tu as vraiment déconné Zach. » dit-il à voix haute, se parlant à lui-même. Il se massa le crâne, son addiction ne faisait vraiment qu'empirer, il avait vraiment besoin d'aide.

Comme une réponse à ses pensées, on frappa à la porte. Le bruit résonna fortement dans le crâne de Zach et celui-ci grogna. Il se leva, prit les premiers vêtements qui lui tombèrent sous la main avant d'aller ouvrir la porte à la personne de l'autre côté qui s’excitait de plus en plus sur celle-ci.

- Putain ! T'as une gueule affreuse !
- Bonjour à toi aussi Taylor.»

Bien sûr que c'était son ami ? Qui d'autre cela pouvait être ? Jamais personne ne venait lui rendre visite à part Taylor et sa sœur Lauren. De toute façon, cela lui convenait parfaitement. Il n'avait pas envie de recevoir de la visite, il avait horreur de ça. Après, quand c'était ses amis, il pouvait le supporter mais, autrement, il refermait simplement la porte au nez. La plupart du temps c'était soit des représentants d'une compagnie quelconque, soit le facteur. Quand Zachary ouvrait la porte à ce dernier car il avait un colis, il la refermait en disant de mettre l'avis de passage sous la porte. Ça ne le gênait pas de se déplacer mais, il ne voulait pas qu'un inconnu voit son apparemment, même si ce dernier restait sur le palier. Heureusement qu'il ne connaissait pas beaucoup de personne sinon, il n'aurait plus jamais ouvert sa porte.

- Putain. Ça sent le renfermé ! Ça fait depuis combien de temps que tu n'es pas sorti ? » demanda Taylor.
- Je  ne sais pas...»

Taylor secoua la tête, sûrement par dépit mais, il connaissait son ami et décida de ne pas faire cas de ce qu'il venait de lui dire. Il se dirigea vers la fenêtre, l'ouvrit en grand ainsi que les volets. Le soleil envahi la pièce et aveugla Zachary qui dû plisser les yeux et porta la main au visage tel un vampire évitant la lumière. Le soleil... Depuis combien de temps ne l'avait-il pas vu ? Il ne l'aimait pas. Il était le genre de personne à préférer les jours sombres et la pluie. Il ne savait pas pourquoi mais le soleil avait un effet... Assommant sur lui. Peut-être était-ce du au fait que par beau temps, les gens sortaient plus et que Zachary détestait la foule.

- Bon» dit Taylor en tapant dans ses mains. «Bouge-toi le cul, on va se promener.
- Non, merci...
- Attends, tu à cru que je te laissais le choix ? Tu viens avec moi.
- Taylor... S'il te plait.
- Zach...
» dit-il en le fixant.

Zachary soupira et alla chercher sa veste, quand à Taylor, il afficha un grand sourire. Zach savait comment était son ami, quand il s'était fixé une idée dans le crâne, il était impossible de l'en faire sortir. Là, il voulait que Zach sorte, il lui fit tout un long discours comme quoi cela était pour son bien être et que ce n'était pas bon de rester toute la journée dans le noir à rien faire, et surtout se droguer. Il ajouta qu'un bol d'air lui ferait le plus grand bien en ajoutant une tape dans le dos.

Au final, Taylor décida d'aller dans un parc. La nature, le chant des oiseaux, les femmes qui font leurs jogging dans leur petite tenue moulante, c'était parfait. Zachary leva les yeux au ciel, jamais il ne changerait celui-là.  Ils traversaient le parc de long en large en parlant. Où plutôt c'est Taylor qui alimentait la conversation et Zach se contentait de l'écouter. Son ami était en train de débattre pour savoir ce qui était le mieux entre le chocolat au lait et le chocolat noir... Oui, Taylor avait des questions philosophiques très particulières. Soudain, il mit son bras en travers du chemin de Zachary pour l'arrêter.

- Mec ! Regarde la fille là-bas. Elle est juste... Parfaite.»

Zachary regarda la personne que son ami désignait. C'était une jeune femme, peut-être la vingtaine, qui était assise sur l'herbe en train de lire. Ses long cheveux blonds tombaient en cascade sur ses épaules, par moment ces derniers cachaient son visage et elle les repoussait légèrement derrière son elle.  Taylor avait raison, et ce n'est pas une phrase qu'il disait souvent mais, lui aussi trouvait cette femme magnifique.

- Il n'y a pas le droit de marcher sur l'herbe.» se contenta-t-il cependant de dire.

En effet, lorsqu'on se promenait dans le parc, on pouvait voir des petites pancartes indiquant que la pelouse était interdite. Or la jeune femme s'y était installée pour lire son livre, comment se faisait qu'elle n'avait rien remarqué ?

- Ouais... Tu as raison» dit Taylor «C'est un bon sujet pour commencer la conversation !
- Hein ? Quoi ? Non, Tay...
»

Mais trop tard, son ami se dirigeait déjà vers la jeune femme. Zachary savait très bien comment ça allait se passer. Il allait lui faire son plus beau sourire et son numéro de charmeur comme d'habitude. Zach soupira et resta dans son coin, se contentant d'observer son ami de loin. Il n'avait pas vraiment envie de prendre part à cela.

- Excusez-moi mademoiselle» commença Taylor «Mais il est interdit de marcher sur la pelouse... Mais bon, puisque vous êtes mignonne, on peut vous pardonner.» A ces mots, il sortit son plus beau sourire. Zach leva les yeux au ciel et repensa pour la deuxième fois qu'on ne changera jamais son ami.

(c) made by panic!attack

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5917-zachary-i-ve-become-so-numb-i-can-t-feel-you-there http://hideunderbeds.1fr1.net/t5921-zachary-hey-you-see-me-pictures-crazy-all-the-world-i-ve-seen-before-me-passing-by
avatar
Alice C. Bjorgen
DOUBLE-COMPTE : //
MESSAGES : 41
ARRIVÉE : 23/01/2016


MessageSujet: Re: Zachalice | Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence.   Mer 27 Jan - 3:24



Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence

 
Alice se sentait particulièrement bien aujourd’hui, enfin bien, c’était un grand mot. Disons, qu’elle n’avait juste pas envie de s’enfermer dans sa chambre à pleurer appréciant le noir. Elle adorait l’obscurité et la nuit, elle aimait les étoiles, elle appréciait s’endormir la tête devant un beau ciel étoilé. Mais, impossible d’observer les étoiles à Arrowsic, tout est toujours recouvert par de gros nuages.. Si Alice voulait vraiment le faire, elle serait obligé de s’éloigner de la région pour se réfugier en haut d’une montagne ou s’allonger sur une petite crique et n’ayant pas de voiture, étant de plus incapable de faire du sport donc de marcher ou de courir, elle était coincée à se lamenter en admirant son plafond. Artistiquement, elle avait dessiné quelques étoiles dessus, elle n’était pas sûre que son propriétaire apprécierait vraiment cela, mais elle avait besoin de se sentir un peu à l’extérieur. Elle avait le mal du pays, sa petite île lui manquait. Là-bas il faisait bon la plupart du temps, elle n’avait aucun problèmes à s’échapper de sa maisonnette pour aller vagabonder dans un parc. Arrowsic c’était agréable et calme, mais ce n’était vraiment pas Murstein Slott.

Elle se releva de son lit, finit par se décider à sortir un peu, rien que de penser à la nature lui avait donné envie. Elle irait lire, les yeux dans le vide en espérant que personne ne vienne lui parler. Peut-être que si elle s’accompagnait d’un bouquin norvégien les gens la penseraient étrangère et incapable de parler anglais. Oui, c’était une bonne idée. Elle sourit avant d’attendre un peu avant de vraiment bouger. Il fallait que sa tension descende légèrement, sinon elle risquait de faire un malaise. Elle prendrait quelques sucres avec elle, pour être sûr de ne pas finir une énième fois à l’hôpital. Tant de blanc et de souffrance la rendait encore plus déprimé que d’habitude. Et qui aurait envie de devoir parler à plus de six spécialistes vous disant tous: “Manger est une bonne chose et c’est vital, si tu continues, tu risques de mourir”, après tout ce temps n’avaient-ils pas compris que c’était peut-être ce résultat qu’elle attendait justement?

Elle soupira avant de glisser une main dans ses cheveux, elle n’aimait pas les avoir attachés, mais des fois à cause de la chaleur, elle en était obligé et ça la rendait franchement malade. Comment les autres pouvaient-ils vivre sans pouvoir apprécier la sensation que les caresse de leur chevelure leur procure dès qu’une journée est un peu trop froide et mouvementée?

Elle passa une main sur son bras, elle espérait vraiment qu’il ne fasse pas trop chaud et qu’elle ait la possibilité de mettre un pull au lieu de devoir cacher ses marques avec des tonnes de bracelets. Elle n’aimait pas la sensation de métal sur sa peau. Elle détestait les bijoux. Elle saisit son livre étranger avant de le glisser dans un sac pour partir en direction du parc tout proche de chez elle.

Elle avait précisément choisi son appartement pour cette raison, comment aurait-elle fait si elle avait besoin de marcher de longs kilomètres pour se retrouver entourée de verts? Elle sortit du bâtiment et se mit en marche, faisant attention à bien respirer pour ne pas se laisser avoir par le piège du rythme cardiaque s'accélérant.

Elle arriva à sa destination et s’assit, lisant avec attention, s’arrêtant sur chaque petits mots. Elle aimait savourer une oeuvre, comprendre le sens caché et le message de l’auteur. Elle était complètement transportée dans cet univers et en avait presque oublié qu’elle n’était pas seule. Elle avança son précieux recueil toujours à la main et se laissa vite tomber sur la pelouse avant de s’appuyer contre un arbre. Elle se sentait vraiment bien à cet instant précis, mais tout bascula un peu quand on l’interpella. Elle mit du temps à comprendre que l’on s’adressait à elle. Elle soupira avant de se relever rapidement...quoi? Elle n’avait pas vraiment écouté, complètement distraite. Elle savait juste qu’il avait mentionné quelque chose vis à vis de la pelouse étant interdite d’accès et maintenant il lui souriait ouvertement. Honnêtement, Alice n’était pas vraiment du genre à admirer les gens, mais elle devait dire que le jeune avait vraiment un certain charme. Peut-être était-ce le fait qu’il paraisse aussi sûr de lui qui la fascinait...ou bien autre chose? Elle ne savait pas vraiment. Elle se contenta juste de vite récupérer ses affaires pour s’éloigner de l’endroit interdit, se débattant au passage avec ses cheveux qui décidaient de lui cacher le visage.

Elle se releva ensuite vers le jeune homme.

- Je suis vraiment désolée, je n’avais pas fait attention.
roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5918-alice-things-we-lost-to-the-flammes-things-we-ll-never-see-again
avatar
Zachary A. Menes
DOUBLE-COMPTE : Je suis déjà assez schizophrène dans ma tête.
MESSAGES : 113
ARRIVÉE : 23/01/2016
LOCALISATION : Quelque part où je serais en paix.



MessageSujet: Re: Zachalice | Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence.   Mer 27 Jan - 11:57


Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence
ft. Alice & Zach



« Where is My Mind ? »
Zachary regarda de loin la jeune demoiselle ramasser ses affaires. Elle avait vraiment l'air gênée de la remarque que son ami venait de faire. Ce dernier se contenta de hausser les épaules et de dire : "Ce n'est pas la peine de t'excuser... Je peux te tutoyer ? Enfin, bref, a mon avis, tu n'es pas la première à faire cette connerie. Surtout quand on voit l'état des fleurs là-bas" Il désigna un petit bosquet qui semblait mal en point. "Le jardinier doit s'en arracher les cheveux... C'est peut-être pour ça qu'ils sont souvent chauves... Enfin bref, là c'est du vandalisme mais, je pense que pour ta part c'est juste de l’inattention non ?" Et pour conclure ces propos, il ajouta un grand sourire.

Seul dans son coin, Zachary se demandait comment Taylor faisait pour être aussi confiant pour commencer une conversation avec des personnes qu'il ne connaissait pas. Rien que leur rencontre en était un exemple. Son ami venait juste de le sauver d'un flic et après lui demandait d'offrir un kebab... Peut-être était-ce pour cette raison qu'il avait aussitôt apprécier Taylor et était devenu son ami ? En général, Zach évitait de faire des rencontres, de parler avec des gens et... De se sociabiliser, tout simplement. Il avait toujours l'impression que tout le monde était toujours faux, cachant toujours quelque chose derrière ses grands sourires amicaux et de douces paroles. D'ailleurs, il en savait quelque chose. Quand il espionnait les mails des personnes qu'il rencontrait, il trouvait des choses très intéressantes. Le père de famille, PDG d'une grande boîte d'import-export qui parait parfait sous tout les angles ? Ce dernier s'adonnait à des petits plaisirs masochistes et se rendait tout les weeks-end dans une boîte d'échangiste... A vrai dire, depuis la sortie d'un certains bouquin... Dont le nom avait échappé à Zach car il s'en foutait totalement... Le nombre de personne s'adonnant au sado-masochisme avait décuplé. Quand il voyait ça, Zach pensait deux choses : Que les gens étaient vraiment influençables et surtout très cons. Et puis surtout, il ne comprenait pas ce principe... En quoi c'était agréable de souffrir ? Enfin... Non, il n'avait même pas à chercher d'explications c'était con ! Enfin... Tout comme lire un bouquin traitant de la chose et qui, selon les dires, avait été écrit sur un smartphone entre deux ou trois occupations... Etait-il un alien ou les gens étaient-ils tout simple dénués de logique ? Il se posait de plus en plus cette question.

En parlant de livres, Taylor semblait avoir remarqué celui qu'était en train de lire la jeune femme car il pointa ce dernier du doigt. "En tout cas, vu comment tu avais l'air happée dans ta lecture, ton bouquin doit être intéressant. Ça parle de quoi ?"

La pauvre femme, elle devait avoir du mal à suivre Taylor. Ce dernier avait l'habitude de passer d'un sujet à un autre sans vraiment de connexions logiques et pouvait parfois paumer son interlocuteur.

"Désolé, tu me dis si je parle trop vite et que je te dérange." continua Taylor, comme en écho aux pensées de Zach. "Je suis du genre bavard".

Et encore, cela pouvait être un euphémisme... Zachary soupira, se demanda combien de temps Taylor allait resté discuter avec la jeune femme... Demoiselle dont il ne savait toujours pas le prénom mais, connaissant Taylor, ce dernier n'allait pas tarder à lui demander.

"Au fait... Je manque à mes obligations et je discute de toi sans demander à qui ai-je l'honneur de parler."

Voilà, exactement ce qu'il disait. Zach se demanda s'il n'était pas mieux de partir tout de suite plutôt qu'observer son ami draguer une femme mais, il se souvint qu'ils étaient venus au parc en voiture et que Taylor avait les clés. Il aurait pu rentrer en bus mais, c'était les heures de pointes et il n'avait pas envie de se retrouver dans la foule. Sinon, il pouvait partir à pied mais, il n'en était pas motivé. Bien... Il attendrait alors. Il sortit une cigarette de son paquet de cigarette avant de s'en griller une.

"Ça te dérange pas si je fume ?" dit Taylor de son côté.

(c) made by panic!attack

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5917-zachary-i-ve-become-so-numb-i-can-t-feel-you-there http://hideunderbeds.1fr1.net/t5921-zachary-hey-you-see-me-pictures-crazy-all-the-world-i-ve-seen-before-me-passing-by
avatar
Alice C. Bjorgen
DOUBLE-COMPTE : //
MESSAGES : 41
ARRIVÉE : 23/01/2016


MessageSujet: Re: Zachalice | Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence.   Dim 7 Fév - 1:32



Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence


Alice tapait nerveusement sur son livre, elle ne s’attendait vraiment pas à ce que l’on vienne l’accoster et si d’habitude elle se serait excusé en inventant un prétexte idiot pour se débarrasser de son interlocuteur, cette fois-ci, c’était vraiment différent. C’est comme si son assurance la figeait sur place. Elle était totalement incapable de bouger ou de fuir et se contenta juste de sourire légèrement en le voyant agir aussi naturellement. Elle l’enviait vraiment, elle en était totalement incapable et pire que ça, elle avait complètement peur de ce qu’on pouvait lui faire, ce jeune homme semblait totalement s’en foutre. Puis, si on ne l’appréciait pas, où qu’il n’obtenait pas ce qu’il voulait, il partirait et recommencerait ailleurs. C’était juste incroyable le courage qu’il pouvait avoir.

Il lui désigna un petit bosquet ravagé et elle ne put s’empêcher de suivre son doigt pour apercevoir l’objet du crime. Elle se sentait étrangement emphatique pour ces fleurs, écrasées avant même d’avoir pu pouvoir montrer leur beauté à son summum. C’était comme si on les avait contraintes à se faner, se réjouissant et s’amusant de leur malheur et leur souffrance. Oh, Alice était bien capable de se retrouver en elles, elle aussi avait vécu ça, elle aussi avait rencontré cette personne sadique et égoïste, écrasant sur les autres avec un plaisir non vraiment coupable. Pour Alice, il s’agissait de sa mère. Celle-ci était aussi sa ressource financière, alors la jolie blonde, ne pouvait rien dire, ce n’est pas comme si elle en avait la force de toute façon. Elle n’était pas comme lui, ce jeune homme charmant et fascinant dont elle ne connaissait à vrai dire rien.

Celui-ci lui posa d’ailleurs une question, mais n’eut pas l’air d’attendre sa réponse, alors naturellement, Alice se tût, si personne ne l’obligeait à parler, elle ne voyait pas pourquoi elle devait faire des efforts, pour soi-disant paraître sociable. Elle s’en fichait de ce que les autres pensaient, elle ne comptait pas les revoir, enfin, pour lui elle ne savait pas vraiment, s’il lui demandait, elle ne serait pas certaine de pouvoir dire non. Il y avait vraiment quelque chose en lui qui la fascinait, autre que son physique loin d’être déplaisant bien entendu.

Puis, il l’interrogea à nouveau, cette fois par contre, elle n’avait pas le choix et devait parler. Allez Alice, courage, il s’agissait de partager le résumé d’un bon livre, ce n’était pas si atroce. C’était comme parler de musique, entamer le débat était compliqué, mais elle finissait toujours par s’y perdre un peu. Hésitante, elle se mordit doucement la lèvre sans s’en rendre compte avant de commencer à bégayer.

- Hmm...c’est un….un..très bon livre à vrai dire.

Sans blagues? Elle lisait un livre parce qu’elle le trouvait bien….incroyable...Elle était décidément d’une illogique cette gamine. Elle voulu se taper la tête devant sa débilité, mais finit par prendre sur elle pour développer un peu l’histoire.

- C’est...enfin, ça parle d’une jeune fille qui décrit sa façon un peu, poétique...je dirais...de voir les choses. Notamment, hmm..elle adore la mer, car elle imagine les vagues être des caresses de son amant perdu...enfin...c’est...très joli….

Présenté comme cela, on aurait clairement pu dire qu’il s’agissait d’un roman à l’eau de rose un peu nul, mais pas vraiment. C’était de la très bonne littérature, ce personnage avait vraiment une façon d’être et de voir le monde passionnante, les mots étaient bien choisis et agréables, le récit plongeait vraiment le lecteur dans l’univers et arrivait sans difficultés à lui faire ressentir de la nostalgie, de la mélancolie et de la tristesse.

Elle hocha la tête, non à vrai dire, ça ne la dérangeait pas vraiment. Il semblait vraiment vouloir s’intéresser à elle, peut-être que ce n’était qu’une illusion, mais celle-ci lui semblait agréable. Quelqu’un avait prit de son temps personnel pour lui poser des questions qui ne risquaient pas de lui apporter grand chose, c’était brave, peut-être stupide, mais brave.

- Alice, elle sourit, même si elle doutait qu’il s’adressait vraiment à elle. C’était un honneur de lui parler? Non, elle ne pensait vraiment pas, elle devait être d’un ennui mortel.

Lorsqu’il lui posa une autre question, elle murmura un petit “non”, elle n’avait jamais été vraiment dérangé par les fumeurs. Au début un peu, ceux-ci lui rappelant sa mère, mais depuis sa rencontre avec sa seule amie, qu’elle ne reverra malheureusement jamais, Alice avait réussi à apprécier la présence de fumeurs à ses côtés. Elle ne fumait pas pour autant, ce n’était vraiment pas pour elle, mais elle n’était franchement pas contre.

- Et v...toi, je veux dire..hmm...comment tu t’appelles?

Alice paraissait vraiment nerveuse, cela se voyait d’ailleurs, elle n’avait juste pas l’habitude de parler, mais ça lui reviendrait sûrement. Peut-être qu’un jour elle arriverait à être aussi à l’aise que lui. Non, non, cela ne pourrait jamais arriver, peu importe à quel point elle le souhaitait, ses chances d’être sociable s’étaient envolés en même temps que celle d’être heureuse.
roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5918-alice-things-we-lost-to-the-flammes-things-we-ll-never-see-again
avatar
Zachary A. Menes
DOUBLE-COMPTE : Je suis déjà assez schizophrène dans ma tête.
MESSAGES : 113
ARRIVÉE : 23/01/2016
LOCALISATION : Quelque part où je serais en paix.



MessageSujet: Re: Zachalice | Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence.   Mar 9 Fév - 20:33


Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence
ft. Alice & Zach



« Where is My Mind ? »

La jeune demoiselle avait l'air un peu gênée quand Taylor parlait avec elle. Il faut dire que ce dernier avait une personnalité plutôt écrasante, très sûr de lui et que parfois, les personnes étant en sa compagnie avait un peu tendance à s'effacer car il monopolisait toute la conversation. Surtout que la jolie blondinette avait l'air d'être du genre timide et pas très bavarde, à aimer les moments de solitudes tout comme Zachary. La pauvre, elle qui voulait simplement passer un moment tranquille au parc, se retrouvait à bavarder avec Taylor. Certes, il adorait son ami mais par moment, il était trop insistant et c'était plutôt chiant.

La jolie blonde donna plus de détails sur le livre qu'elle était en train de lire mais, il ne pouvait pas dire que les indications qu'elle avait donné étaient très précises. Au contraire, de ce qu'il avait écouté Zachary en comprenait encore moins le sujet. Peut-être parce qu'elle avait dit que cela était poétique et que ça traitait de l'amour. Deux points que Zachary ne connaissaient absolument pas. Surtout qu'il jugeait l'un comme l'autre plutôt inutile. Surtout la poésie. A quoi cela servait-il de faire des phrases tarabiscotées pour exprimer un sentiment. N'était-ce pas plus facile de dire ce qu'on pensait directement ? Certes, c'était moins joli... Mais au moins, le message était clair. Et puis... Personne dans la vie n'irait s'exprimer spontanément en vers et en alexandrins... Non, la poésie était tout simplement quelque chose de débile aux yeux de Zach. Quant à l'amour... Il n'y croyait pas vraiment. En même temps, on ne pouvait pas dire qu'il avait grandit dans un milieu baigné par l'amour. Et puis, c'était une personne pessimiste et rationnel. Pour lui, ce qu'on nommait "Amour" était juste le résultat de mécanismes hormonaux, comme ceux de l’ocytocine entre deux personnes. La nature avait fait en sorte que deux humains tombaient "amoureux" pour procréer et rester ensemble afin de protéger leur descendance. Seulement aujourd'hui, avec l'évolution, on n'avait plus forcément besoin de deux parents pour élever un enfant et c'était bien pour ça qu'il y avait de plus en plus de divorces. L'amour n'avait rien de magique, c'est juste quelque chose de génétique. Ni plus ni moins.

- Je vois que c'est écrit en Norvégien sur la couverture." dit Taylor, coupant court aux pensées de Zach "Tu viens de Norvège ?"

La pauvre, elle était vraiment assaillie de questions. Zachary de son côté se demanda quand son ami apprendrait que la curiosité est un vilain défaut... Enfin, c'était un peu l'hôpital qui se fout de la charité car, dès que Zach rencontrait une personne, il hackait aussitôt tout ses comptes pour en savoir plus sur ce dernier... Il allait peut-être le faire avec la jolie blondinette. Il y avait vraiment quelque chose d'intriguant chez elle. Elle était différente des autres. Il avait du mal à l'imaginer passer sa vie sur Facebook à mettre des photos d'elle et de son copain en train de s'embrasser sur une plage des Bahamas. Elliott détestait ce genre de personne...

Finalement la demoiselle fini par dire son prénom... Ainsi elle s'appelait Alice ? C'était simple mais joli. Il n'allait pas penser un truc comme quoi "ça lui allait bien" ou ce genre de conneries. Il n'avait jamais compris pourquoi des gens disaient une telle chose. Un prénom était un prénom. Point. Il ne voyait pas en quoi cela pouvait définir la personnalité de l'enfant ou son futur... C'était débile.

- Oulah, on me donne plein de prénoms différents." dit son ami "Mais tu peux m'appeler Joli Coeur."

Zachary leva les yeux au ciel. Par moment les techniques de dragues de son ami étaient vraiment pourries mais, le pire c'est qu'elles fonctionnaient...

(c) made by panic!attack

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5917-zachary-i-ve-become-so-numb-i-can-t-feel-you-there http://hideunderbeds.1fr1.net/t5921-zachary-hey-you-see-me-pictures-crazy-all-the-world-i-ve-seen-before-me-passing-by
avatar
Alice C. Bjorgen
DOUBLE-COMPTE : //
MESSAGES : 41
ARRIVÉE : 23/01/2016


MessageSujet: Re: Zachalice | Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence.   Jeu 11 Fév - 0:05



Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence

 

Alice sourit. Ainsi il avait reconnu l’écriture sur le bouquin. A croire qu’il semblait vraiment intéressé et que ce n’était pas juste de faux semblants, ou alors peut-être, mais il mimait parfaitement bien la tête de quelqu’un d’intrigué. Elle était assez fière de son pays à vrai dire et pour une fois qu’on lui donnait l’occasion d’en parler, elle n’allait pas hésiter. Elle restait malgré tout Alice, cette timide gamine, incapable d’être vraiment bavarde peu importe tous les efforts qu’elle faisait pour devenir le contraire.

- Oui, elle se mordit les lèvres, allez fais un effort Alice, parles de la façon dont tu te sentais vraiment à ta place là-bas, dans le froid ambiant, entouré de ce paysage spectaculaire, ce pays est vraiment magnifique.

Oh, comme elle regrettait de l’avoir quitté, mais elle n’avait pas vraiment le choix. Elle ne pouvait plus sentir sa mère proche d’elle et il y avait tellement de souvenirs qui venaient la hanter. Elle savait qu’une fois là-bas, l’autre aurait un total contrôle sur elle, remarque, c’était déjà le cas. Au fiinal, Alice n’en avait-elle pas besoin? Elle était perdue dans son monde et se devait d’avoir quelqu’un pour la guider, malheureusement sa mère était pour l’instant la seule à avoir les capacités nécessaires pour remplir ce job. Il faut dire que de toute façon, vu la peur de la jolie blonde que les autres être humains, il était extrêmement difficile pour elle de trouver quelqu’un pour la mettre en confiance et lui jurer protection. Peut-être que le jeune homme en face d’elle pourrait faire l’affaire, il n’avait mis que quelque secondes pour commencer à donner une bonne impression de lui-même. Il semblait si sur de lui, tellement plein d’assurance, tout ce qu’elle n’était pas. Il avait l’air en plus de s’intéresser à elle, était-ce le destin qui venait enfin lui envoyer de l’aide? Un autre ange-gardin depuis le dernier qui avait du fuir? Probablement.

Il arrivait à la faire sourire et rire, elle ne s’était jamais vraiment senti comme ça depuis longtemps. Il semblait ne pas lui vouloir du mal? Non, il fallait qu’elle arrête d’être aussi naïve, de baisser sa garde, dans un monde pareil, lui aussi devait être probablement fou et plein de mauvaises intentions. Elle finit tout de même par laisser échapper un petit rire enfantin suite à la remarque du garçon avant de lui tendre la main, finalement décidé à ne pas passer pour une énorme paranoïaque. En soit, elle n’aimait pas vraiment le contact humain, mais ne le détestait pas pour autant, ça n’avait juste pour elle pas vraiment d'autres intérêts que des gestes de politesses.

- Enchanté de te connaître joli coeur.

Elle sourit innocemment avant de regarder autour d’elle, s’ils allaient discuter pour encore un petit moment, il valait mieux qu’elle s’assoit de sorte à ne pas faire un malaise. Ce serait une première impression bien étrange, n’est-ce pas. Elle finit par repérer un banc vide, étrange à cette heure, enfin à Miami, elle avait vite appris que les jeunes n’étaient pas spécialement branchés parcs.

- Ca ne te gêne pas si on s’assoit?

Elle désigna d’un léger coup de tête le banc inoccupé, elle espérait franchement qu’il n’allait pas refuser, elle se voyait mal lui expliquer pourquoi elle devait se dévorer un carré de sucre urgemment.
roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5918-alice-things-we-lost-to-the-flammes-things-we-ll-never-see-again
avatar
Zachary A. Menes
DOUBLE-COMPTE : Je suis déjà assez schizophrène dans ma tête.
MESSAGES : 113
ARRIVÉE : 23/01/2016
LOCALISATION : Quelque part où je serais en paix.



MessageSujet: Re: Zachalice | Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence.   Ven 12 Fév - 12:58


Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence
ft. Alice & Zach



« Where is My Mind ? »
Alice confirma qu'elle venait bien de Norvège. Elle eu un petit sourire et un regard nostalgique. A ce moment, Zachary la trouvait vraiment adorable. Son pays devait lui manquer car elle notifia qu'il était vraiment magnifique. Le jeune homme n'en doutait pas. A vrai dire, il ne connaissait rien de la Norvège à part quelques photos qu'il avait vu sur internet, source précieuse pour avoir des informations sur le monde entier. Il est vrai que la Norvège paraissait beau mais, après tout, il ne voyait que des images. Que savait-il du contexte qu'il y avait derrière ? Peut-être que sur les photos l'endroit semblait paradisiaque mais, la plupart du temps, l'envers du décors était bien triste. Alors dans ce cas, il restait les témoignages et celui d'Alice en décrivait un beau portrait. Elle n'avait pas l'air d'être une de ces personnes chauvines qui disaient aux étrangers que leur pays était le plus beau du monde mais qui pensait exactement le contraire et ne faisait que s'en plaindre. Par conséquent, il l'a croyait vraiment quand il disait que la Norvège était un beau pays.

Pour sa part, Zachary n'avait jamais quitté les Etats Unis et encore, même au sein de ce pays, il n'avait que peu voyager. New York, un patelin et cette ville, Arrowsic... Zach n'était pas un grand baroudeur. Il n'en avait pas envie. Il était très bien chez lui, dans son appartement, seul, sans personne et sans problème alors pourquoi aller visiter le monde ? On lui disait que ça permettait de découvrir une nouvelle culture, de nouvelles personne, de s'ouvrir au monde... Seulement que Zach s'en foutait et trouvait que c'était des conneries. Au moins, Taylor pensait comme lui et n'essayait pas de le faire sortir de sa tanière. Il avait une fois eu le projet de faire une sortie sur Augusta mais avait abandonné par manque de conviction. Lui aussi était une personne très très sédentaire. A vrai dire, d'aussi loin que se souvienne Zachary, il n'avait jamais quitté le Maine.

- Je suis sûre que ça doit être sublime, puisque c'est toi qui le dit" répondit Taylor. "Pour ma part, je n'ai jamais quitté les Etats-Unis... Comme la plupart des américains à vrai dire."

Il est vrai que les américains avaient tendance à penser que leur pays était le seul du monde... Ou du moins le plus important et qu'il n'était pas nécessaire de se donner la peine de visiter le reste du monde. Après tout, leur devise n'était pas " Americaaaa ! Fuck Yeah ". Cela en disait long sur la mentalité de ses habitants...

En tout cas, pour en revenir à Alice, elle avait l'air d'apprécier les blagues pourries de Taylor car cette dernière rit doucement. Elle avait un petit rire cristallin que Zachary trouva des plus charmant. Cela avait l'air de coller parfaitement avec sa personnalité, douce et calme. Finalement, elle fini par proposer d'aller s’asseoir sur un banc qui était prêt d'eux. Taylor acquiesça avant de faire un geste et de dire "Après vous, Milady"

(c) made by panic!attack

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5917-zachary-i-ve-become-so-numb-i-can-t-feel-you-there http://hideunderbeds.1fr1.net/t5921-zachary-hey-you-see-me-pictures-crazy-all-the-world-i-ve-seen-before-me-passing-by
avatar
Alice C. Bjorgen
DOUBLE-COMPTE : //
MESSAGES : 41
ARRIVÉE : 23/01/2016


MessageSujet: Re: Zachalice | Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence.   Ven 12 Fév - 20:27



Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence


Alice ne put s’empêcher de sourire niaisement, elle se trouvait à ce moment-même tellement ennuyante, stupide et fragile, mais elle était juste incapable de faire autrement, ce serait mentir de dire qu’elle n’était pas indifférente à son charme et son charisme. Ainsi son avis lui importait? Eh bien le sien aussi à vrai dire, Alice était certes influençable, elle avait tout de même l’impression d’avoir ses propres opinions sur le monde qui l’entoure. Elle trouvait même celui-ci un peu médiocre à vrai dire. Les gens étaient tous égoïstes et fou, tout le monde vous voulez du mal et vous n’étiez jamais à leur goût, trop maigre, trop grosse, trop petite, trop intelligente, pas assez parfaite. Au final, ils voulaient tous la perfection, mais personne était fichu de se mettre d’accord sur celle-ci, comment voulez-vous donc vivre dans un monde où l’on vit tous avec le même objectif que personne ne comprend? Les américains...elle ne les comprenait vraiment pas et elles les détestaient presque tous à vrai dire. Elle les trouvait un peu stupide et leur vision du monde était encore plus idiote qu’ils l’étaient eux-même. Le rêve américain était un monstre d’orgueil et d’égoïsme qui finirait bien par vous aspirer et vous faire souffrir. Elle avait eu l’intelligence de n’avoir absolument aucune idées de ce qui l’attendrait ici. Elle ne fut pas déçu, elle ne fut pas détruite ou surprise, elle s’était imaginé rien et on le lui avait donné. Au final, les états-unis ce n’était pas bien différent du reste du monde, tout le monde était fou de toute façon, fou d’Orient ou d’Occident, peu importe, un fou reste un fou. Elle finit par baisser la tête avant de faire une réflexion qui lui prenait un peu la tête, elle avait sûrement besoin de laisser ses pensées s’échapper de son crâne, elle commençait à se faire mal à force de penser à la souffrance que lui faisait ressentir le monde d’aujourd’hui.

- Voyager est un peu stupide selon moi, qu’essaie-t-on de prouver au final? Que l’on soit en Afrique ou en Amérique on sera toujours le même et ce n’est pas parce qu’on se déteste en Europe qu’on ne se détestera pas en Asie. Au lieu de découvrir de nouvelles contrées, il vaut mieux apprendre à se découvrir soi-même.

Elle accepta le geste du jeune homme avant de le suivre gentiment. Elle murmura un petit “merci Milord” et finit par s’asseoir sur le fameux banc. Elle posa le livre sur ses genoux, l’ouvrant puis le refermant, elle était clairement nerveuse et essayait juste d’évacuer son stress comme elle le pouvait. Elle ne voulait pas commencer à faire de longs monologue désespérant sur la noirceur du monde. Elle avait enfin réussi à sourire aujourd’hui, elle ne voulait pas que ça coûte celui d’un autre.

- Désolée d’embêter avec ce genre de choses, je trouve juste des fois le comportement des gens totalement incompréhensible.

Elle s’en voulait franchement, elle ne voulait pas le déprimer, elle ne voulait faire de mal à personne, oh non, elle ne voulait pas devenir sa mère. Elle essaya de se concentrer en fixant l’horizon, elle n’avait pas envie qu’il puisse ressentir son malaise. Devant quelqu’un comme ça elle devait se montrer forte, elle détestait qu’on la pense fragile même si elle savait qu’elle l’était.
roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5918-alice-things-we-lost-to-the-flammes-things-we-ll-never-see-again
avatar
Zachary A. Menes
DOUBLE-COMPTE : Je suis déjà assez schizophrène dans ma tête.
MESSAGES : 113
ARRIVÉE : 23/01/2016
LOCALISATION : Quelque part où je serais en paix.



MessageSujet: Re: Zachalice | Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence.   Sam 13 Fév - 0:24


Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence
ft. Alice & Zach



« Where is My Mind ? »
Ainsi la jeune femme pensait que voyager était aussi quelque chose d'inutile ? Zachary était content de découvrir quelqu'un qui pensait comme lui. Enfin, il y avait bien Taylor mais, lui c'était un cas à part, on ne pouvait jamais comprendre ce qu'il pensait clairement. Quoiqu'il en soit, il était content de voir qu'Alice partageait les mêmes idées que lui. La plupart des gens adoraient voyager ou en tout cas, ils disaient qu'ils aimaient ça mais, ne le faisaient pas. Surement parce que si tu disais que tu préférais resté le cul posé chez toi, on te regardait d'un mauvais œil. Alors, on changeait notre façon de penser pour qu'il collabore plus avec la "pensée universelle" et rentrer dans le moule. C'était triste. De nos jours, Zachary trouvait que les êtres humains ne se dissociaient pas de son prochain. Tout le monde était pareil même s'ils soutenaient le contraire. Tout le monde n'était qu'une copie d'une copie d'une copie. Heureusement, il existait toujours quelques têtes pensant différemment comme Lauren, sa sœur ou bien encore Taylor... Et maintenant Zachary pouvait ajouter Alice à sa liste. Implicitement, cela montrait que Zach avait du respect pour elle et ça, ce n'était pas quelque chose de facile à gagner.

- Et pourquoi as-tu quitté la Norvège ? Si ce n'est pas trop indiscret." demanda Taylor.

Zachary tendit l'oreille, curieux de la réponse. Il est vrai qu'elle était plutôt intelligente. Du peu qu'elle avait dit de son pays, Alice semblait vraiment l'apprécier alors pourquoi en être parti ? Surtout si voyager n'était pas sa lubie. Il fallait avouer que cela se contredisait un peu, non ? En tout cas, Zach trouvait ça un peu curieux et attendant patiemment la réponse.

Toutefois, avant cela, la jeune femme s'excuser de l'embêter avec ses pensées. Zachary fronça les sourcils. Pourquoi s'excuser pour cela, il n'y avait aucune raison d'être. Elle avait l'air d'être le genre de personne à s'excuser vraiment et à être trop gentille. De plus, il connaissait son ami, si cette dernière l'ennuyait vraiment, il serait partit. Ce qu'il exprima d'ailleurs.

- Ah mais ne tu ne m'ennuies pas ! Ne t'en fais pas ! " répondit-il avec un grand sourire. "Au contraire, je trouve la conversation plutôt intéressante. Ça change des " Oh, il fait beau aujourd'hui". Tu sais, le genre de conversation basique... Mais moi aussi la plupart du temps je trouve le comportement des gens idiots... Déjà que je trouve mon comportement bizarre en général alors je ne te parle pas des autres..."

Bizarre ? Zachary ne savait pas si le mot était approprié pour désigner son ami. Il est vrai qu'il sortait des chemins battus et des idéologies faites par la société mais au moins, il était une personne spontanée, heureuse et il n'avait aucune attache. N'était-ce pas plus normal qu'une personne qui trimait toute sa vie pour un boulot qu'il déteste tout ça pour subvenir aux besoins d'une famille qu'il rêve de s'en débarrasser... Enfin, après tout, le mot normal était quelque chose d'objectif pour Zachary et chacun avait sa vision des choses. Et lui ? Etait-il normal ? Pour les autres, non, ça il en avait la certitude mais, il n'était même pas sûr de l'être pour lui.

(c) made by panic!attack

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5917-zachary-i-ve-become-so-numb-i-can-t-feel-you-there http://hideunderbeds.1fr1.net/t5921-zachary-hey-you-see-me-pictures-crazy-all-the-world-i-ve-seen-before-me-passing-by
avatar
Alice C. Bjorgen
DOUBLE-COMPTE : //
MESSAGES : 41
ARRIVÉE : 23/01/2016


MessageSujet: Re: Zachalice | Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence.   Sam 13 Fév - 17:24



Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence

 

Alice soupira. C’est une très bonne question, pour fuir sans doutes. Au final, ne vivait-on pas pour fuir quelque chose...la mort peut-être? Vivre pour ne pas mourir, c’était tellement idiot, non? Des fois elle venait se demander à quoi il servait vraiment de vivre ou de mourir...pour être quelque chose peut-être? Et pourtant, si l’on n’est qu’au travers des autres, pouvait-on dire qu’Alice était quelque chose? Qu’elle valait quelque chose? Sans doutes pas...Elle prit une inspiration avant de commencer à tirer un peu sur son pull, jouant pour s’occuper et arrêter de penser à ce genre de choses morbides. Souffle, souris, sois heureuse, c’est ce que tous ses psychiatres lui avaient dit. De toute façon, tout le monde se fichait bien de ce que tu pouvais être ou ce que tu pouvais ressentir, tant qu’extérieurement tu te montrais agréable et beau. La beauté est la seule chose que les gens sont capables de comprendre de nos jours et celle-ci n’étant pas universelle, je ne vous dis pas à quel point la communication devient difficile. A part parler de la pluie et du beau temps, il n’y avait pas grand choses à faire. On pouvait s’envoyer des textos aussi, parler via un ordinateur, pour être sûre de ne rien manquer des réflexions imbéciles des gens de votre entourage. La société était franchement débile. Elle finit par se décider à répondre à la question du jeune homme. Alice aimait le silence, mais ce n’était pas le cas de tout le monde.

- Pour fuir...on a tous nos démons et nos peurs, la mienne se trouve en Norvège. J’ai juste laissé le hasard choisir la destination où je me réfugierais...je dois avouer ne regretter qu'un peu...et toi?

Au final, elle se rendait compte que le mystérieux jeune homme en savait bien plus sur elle, qu’elle sur lui. Elle n’était pas du genre à vraiment porter attention à ce que la balance soit équilibrée, quelle soit en position de force ou de faiblesse, elle finissait toujours blessée. Quand l’issue du combat est systématiquement négative, celui-ci vous intéresse soudainement beaucoup moins.

Elle ne l’ennuyait pas...évidemment, il n’allait pas prétendre le contraire de toute façon. Il avait l’air franc, elle avait envie de le croire, elle avait juste du mal. Il sourit et elle reprit un peu confiance, il était tellement charismatique qu’il l’intimiderait presque. Après, Alice était intimidé par presque tout le monde, donc ce n’était pas vraiment un exploit. Le pire c’était sa mère, mais elle, c’était différent, elle la terrorisait. Surtout parce qu’Alice savait très bien de tout ce qu’elle était capable, pourvu que les autres souffrent. Elle se demandait comment celle-ci devait se sentir sans petites proies à sa portée. Elle trouverait bien quelque chose...elle trouvait toujours quelque chose.

- Ton comportement n’est pas étrange, juste surprenant, elle releva la tête.

Sentant sa tête commencer un peu à lui faire mal, et son ventre grogner, elle se décida à sortir de son sac un petit morceau de sucre pour l’avaler. Pourvu qu’il ne la voit pas, pourvu qu’il ne lui pose pas de questions. Elle voulait juste être normale pour une fois, peu importe à quel point la normalité était débile, c’était toujours mieux que d’être elle-même.
roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5918-alice-things-we-lost-to-the-flammes-things-we-ll-never-see-again
avatar
Zachary A. Menes
DOUBLE-COMPTE : Je suis déjà assez schizophrène dans ma tête.
MESSAGES : 113
ARRIVÉE : 23/01/2016
LOCALISATION : Quelque part où je serais en paix.



MessageSujet: Re: Zachalice | Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence.   Sam 13 Fév - 20:53


Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence
ft. Alice & Zach



« Where is My Mind ? »



Ainsi, elle avait quitté la Norvège pour fuir ses démons. Zachary comprenait tout à fait la situation. N'était-il pas arrivé à Arrowsic pour les mêmes raisons ? Pour fuir son beau-père agressif et alcoolique mais surtout, pour protéger sa petite sœur... Toutefois, ce que venait de déclarer Alice l'intriguait beaucoup. Que pouvait-elle bien fuir ? C'est vrai que la première fois qu'il l'avait aperçue, Zachary l'avait trouvé plutôt mystérieuse. Au fil de sa conversation avec Taylor, ce sentiment ce renforçait. Cette jeune demoiselle avait un lourd passé derrière elle et cela attisait la curiosité de Zach. Comme avec personnes qu'il rencontrait, Zach avait avoir d'en savoir plus sur elle, fouiller dans son passé. Pourtant, il ne savait pas pourquoi, il sentait que quelque chose allait être différent avec Alice. Comme si ce qu'il allait apprendre ne lui allait pas apporter satisfaction et qu'il valait mieux qu'il évite de l'apprendre de lui-même.

Après avoir expliquer la raison de son départ, la jeune femme posa à ton tour une question à Taylor.

- Oh pour ma part, je n'ai pas vraiment de passé... Enfin si mais, c'est plutôt banal, pas intéressant." répondit-il en haussant les épaules, tout en faisant son mystérieux.

Il est vrai que Zachary ne connaissait pas grand chose du passé de son ami. A vrai dire, à part le fait qu'il était natif du Maine, il ne savait rien. Il ne savait pas le prénom de ses parents, s'il avait des frères et soeurs... Mais il ne cherchait pas à le savoir à vrai dire. Il ne lui posait jamais des questions sur son passé et Taylor faisait de même. Parfois, si la discussion s'y prêtait, Zachary parlait un peu de son passé mais, l'inverse se produisait que très rarement. Enfin, après tout, comme Taylor le disait, il n'avait pas de quoi en faire tout un plat, il avait juste eu une vie banale. Enfin, pour Zachary, il y avait plus que ça mais, il n'avait pas envie d'enquêter son sur ami. A vrai dire, c'était comme Alice, il avait le sentiment qu'il n'aimerait pas ce qu'il pourrait découvrir.

Alors qu'ils continuaient à discuter, Alice dit à Tayor que son comportement était plus surprenant que bizarre. Cela le fit rire et il ajouta " Je pense que c'est le fait que je sois spontané qui surprend les autres. Les gens sont tellement habitués à être en présence de personne qui prennent des précautions avant d'agir que, quand une personne est vraiment elle, sans artifice, ça étonne."

Au bout d'un moment Zachary vit Alice vaciller doucement avant de prendre un sucre dans son sac et le grignoter. Taylor qui avait aussi aperçu la chose, fronça les sourcils.

-Tout va bien ?" s'inquiéta-t-il. "Tu fais de l’hypoglycémie ou quelque chose dans le genre ?... Enfin, désolé si ce n'est pas ça, je ne suis pas du tout doué dans le domaine de la santé. Mais si tu as besoin d'un peu de calme, dis le moi, ce n'est pas gênant."

(c) made by panic!attack

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5917-zachary-i-ve-become-so-numb-i-can-t-feel-you-there http://hideunderbeds.1fr1.net/t5921-zachary-hey-you-see-me-pictures-crazy-all-the-world-i-ve-seen-before-me-passing-by
avatar
Alice C. Bjorgen
DOUBLE-COMPTE : //
MESSAGES : 41
ARRIVÉE : 23/01/2016


MessageSujet: Re: Zachalice | Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence.   Mar 16 Fév - 23:58



Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence

 

Alice fronça les sourcils. Tout le monde avait un passé, qu’il soit heureux ou malheureux, aucun n’était banal, car se sont nos passés et nos aventures qui construisent qui nous sommes. Il est ridicule de penser celui-ci inintéressant. Ce serait revenir à se dénigrer soi-même...Alice le faisait bien trop souvent. Elle se rendait compte à quel point elle était ridicule de s’imaginer une morale qu’elle était incapable d’appliquer à elle-même. Elle soupira et laissa sa tête se reposer contre le dossier du banc en bois, elle ferma les yeux et prit une grande inspiration avant de laisser le morceaux de sucre fondre sur sa langue. Elle aimait bien cette sensation, elle aimait bien ce goût. Elle respira un peu...elle pouvait sentir la chaleur, elle détestait ça. Elle aimait l’humidité et le froid, la verdure et le vent. Elle ne détestait pas Arrowsic mais, elle voulait tout de même rentrer chez elle, sauf qu'elle ne pouvait pas vraiment. Elle murmura doucement, n’oubliant bien entendu pas la présence de son voisin.

- Nous sommes forgés par ce que nous avons vécus...notre passé est une part de nous et chaque personne, chaque être humain et unique et intéressant, par conclusion, chaque passé l’est et le tien n’est pas une exception.

Elle comprenait maintenant pourquoi elle n’avait pas d’amis ou pourquoi personne souhaitait lui parler et rester en contact avec elle. Elle était ridiculement ennuyante et incroyablement froide. Elle essayait pourtant de sourire, elle aimait bien sentir son visage se tordre un peu pour laisser ses lèvres s’entrouvrir, c’était assez fascinant au final. Elle finit par relever la tête, se tournant légèrement vers celui dont elle ne connaissait pas le nom. La spontanéité...ce devait être ça, mais pour Alice c’était différent des autres, elle n’avait pas peur de lui à cause de ça, c’était bien le contraire, elle appréciait sa présence et se sentait attirée par lui, bon parce que physiquement il lui plaisait, mais surtout grâce à cette assurance. Elle sourit un peu, voilà, ce n’était pas si compliqué. Elle décida, se trouvant un certain courage, sorti de nul part, de saisir son téléphone, bien modeste celui-ci, les smartphones, ce n’était vraiment pas pour elle. Elle fixa le jeune homme dans les yeux avant de naviguer dans le menu de son portable, créant un nouveau contact, le nommant “Joli coeur”. C’était comme ça qu’il s’appelait, ne lui avait-il pas dit?

- Ton numéro? elle demanda avant d’ajouter, histoire que je n’oublie pas par la suite.

Elle sourit encore, dis-donc, elle l’avait fait plusieurs fois aujourd’hui. Il l’interrogea sur cette habitude alimentaire un peu particulière. Elle avait plutôt l’habitude qu’on la questionne, c’est pour ça qu’elle ne paniquait pas vraiment. Il suffisait de dire aux gens ce qu’ils voulaient entendre. Au final ils savaient tous la vérité, ils préféraient se faire rassurer par un doux mensonge.

- Non t’en fais pas, je suis juste un peu migraineuse, il n’y a rien de vraiment plus efficace qu’un morceaux de sucre en cas de vertiges.
roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5918-alice-things-we-lost-to-the-flammes-things-we-ll-never-see-again
avatar
Zachary A. Menes
DOUBLE-COMPTE : Je suis déjà assez schizophrène dans ma tête.
MESSAGES : 113
ARRIVÉE : 23/01/2016
LOCALISATION : Quelque part où je serais en paix.



MessageSujet: Re: Zachalice | Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence.   Mer 17 Fév - 0:22


Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence
ft. Alice & Zach



« Where is My Mind ? »


Lorsque qu'Alice affirma que le passé faisait le caractère d'une personne, Zachary ne pouvait s'empêcher d'être, intérieurement d'accord avec elle. Souvent, il se demandait comment il aurait été si son enfance avait été différente. Peut-être aurait-il été plus ouvert envers les autres ? Plus sociable ? Il ne le savait pas vraiment. En tout cas, une chose est sûre, c'est que s'il avait eu une enfance heureuse, il ne se serait jamais expatrié à Arrowsic et par conséquent, n'aurait jamais rencontré Taylor. Bien sûr, cela semblait idiot car s'il était sociable, il aurait eu des amis mais, il avait le sentiment que cela n'aurait pas été pareil. De toute façon, Zachary était un fataliste et pensait que le monde dans son ensemble, et l'existence humaine en particulier, suivait une ligne directrice, où le cours des événements échappait totalement à la volonté humaine. Autrement dit, tout était fixé à l'avance et quoiqu'on fasse pour y remédier ne changeait rien et apparemment, le destin avait décidé de faire de lui un associable au regard des autres. Mais, tout ça Zachary s'en foutait, l'avis des autres lui importait peu, du moment qu'ils le laissaient en paix.

Alice fini par sortir son téléphone. Tout comme lui, elle ne semblait pas être une adepte des smartphones. Ce n'était pas qu'il détestait ça... Enfin pas vraiment mais, son portable avait beau être vieux, il était utile et solide. Il ne comprenait pas ce besoin qu'avait certaines personnes de toujours avoir le dernier iphone ou smartphone sortit, jugeant l'ancien comme obsolète alors qu'il était parfaitement fonctionnel. Il avait beau se pencher longtemps sur la question, il n'arrivait pas à comprendre cette façon de penser. La seule réponse qu'il lui venait est que ces personnes étaient simples d'esprit... Et c'était surement la vérité. De plus, il avait bien plus confiance en son vieux portable qu'en un smartphone. Ces derniers étaient tellement faciles à hacker... Zachary en savait quelque chose. Une autre choses que Zach trouvait déplorable est que, de nos jours, la plupart des personnes n'étaient rien sans leur smartphone. Ils avaient tout enregistrés dessus : leurs cours, leurs rendez-vous, les codes de leurs comptes en banques... Enfin, d'un certain côté, celui arrangeait Zach quand il hackait ces personnes...

Finalement, la jeune femme demanda le numéro de son ami. Encore une personne qui avait succombé au charme de son ami. En tant normal, cela ne l'aurait pas dérangé. Il ne savait pas pourquoi... Il avait juste l'impression qu'Alice était différente des autres personnes que Taylor fréquentait et il espérait qu'il n'allait pas la faire souffrir.

-Oui, bien sûr !" dit le jeune homme avant de rentrer son numéro dans le téléphone d'Alice.

La jolie blonde fini par expliquer la raison de son vertige. Apparemment, elle était migraineuse et que le mieux pour elle, était de prendre un morceau de sucre.

- Oh, dans ce cas, s'il faut du sucre pour te remettre en forme, je te propose de t'offrir une glace ! Enfin, une glace en hiver ce n'est peut-être pas une bonne idée... Un thé alors ? Ou une pâtisserie..." dit Taylor avec un grand sourire.

Zachary soupira, encore une fois, son ami allait partir ailleurs et il rentrerait seul chez lui.

(c) made by panic!attack

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5917-zachary-i-ve-become-so-numb-i-can-t-feel-you-there http://hideunderbeds.1fr1.net/t5921-zachary-hey-you-see-me-pictures-crazy-all-the-world-i-ve-seen-before-me-passing-by
avatar
Alice C. Bjorgen
DOUBLE-COMPTE : //
MESSAGES : 41
ARRIVÉE : 23/01/2016


MessageSujet: Re: Zachalice | Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence.   Mer 17 Fév - 16:15



Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence

 

Alice était clairement fière d’avoir, à ses yeux, le téléphone le plus précieux au monde. Elle n’y tenait pas spécialement, mais désormais, elle avait le numéro du jeune homme à l’intérieur et cela venait de changer absolument toute l’attention qu’elle éprouvait pour le petit objet. Il était gris, il était froid, mais c’était un certain espoir, qu’elle ne pouvait plus se permettre de laisser tomber. Elle avait besoin de cela, après tout. Elle se sentait tellement seule et faible, elle avait envie de changer ça, elle voulait être innocente et douce, malheureusement pour elle, elle savait bien qu’elle n’y arriverait jamais. Une fois avoir vu la folie, c’était bien difficile de s’enfuir. Elle pensait avoir changé, être différente et accepter l’horreur du monde, mais non, elle n’était pas différente. Au fond d’elle, elle était toujours cette gamine terrorisée qui ne pouvait pas accepter la réalité. Elle aimerait en parler à quelqu’un des fois, se confier...le beau brun avait l’air compréhensif. Non, elle ne le connaissait même pas, c’était de la pure...folie...ironie n’est-ce pas? Elle soupira, c’était plus de la stupidité à vrai dire et Alice était peut-être dérangée, elle n’était pas idiote, elle ne prendrait pas le risque de laisser s’échapper la seule personne qui semblait s’intéresser à elle.

Elle sourit avant de prendre une longue inspiration pour se relever. Il fallait toujours faire baisser sa tension, sinon, elle risquerait de tomber. Elle n’avait pas envie de se retrouver ridicule devant quelqu’un qu’elle appréciait assez. Elle tendit sa douce et petite main à son compagnon, c’était simplement pour l’aider à se lever. Il avait beau lui plaire, elle n’était pas le genre très entreprenante. L’idée d’une relation lui faisait assez peur pour tout avouer, malgré le fait, qu’elle ne serait pas tellement déçu de se retrouver en couple avec ce jeune homme. Plus le temps passait, plus elle l’appréciait, il était vraiment différent et semblait un peu comme elle au final. Elle avait l’impression qu’il était un peu une version brave et courageuse de sa personne.

- Je pense que je serai toujours partante pour une glace.

A vrai dire non, elle ne pouvait pas vraiment se permettre de manger, elle avait trop peur des autres. Si le marchand lui en voulait? Et si il décidait de la droguer comme l’avait fait Khanin. Elle ne pouvait pas prendre ce risque, mais bon, avec autant d’années d’expérience, elle savait très facilement faire croire à quelqu’un qu’elle était rassasié. Quand il aurait le dos tourné, elle se contenterait d’en laisser tomber sur le sol, ce n’était pas vraiment hygiénique, mais peu importe. Elle avait l’habitude de toute façon et elle était assez fière d’elle pour savoir que le jeune homme ne viendrait pas douter d’elle. Au pire elle lui sourirait gentiment, se montrant innocente, niant tout en bloc, il ne se permettrait pas de penser le pire d’une si douce personne.

Il attrapa sa main et ils sortirent tous les deux du parc avec tous ces évènements, Alice avait à vrai dire oublié où elle se trouvait. Etait-elle tête en l'air? Elle en avait pas l'impression, mais après, ce n'était pas à elle de juger.
roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5918-alice-things-we-lost-to-the-flammes-things-we-ll-never-see-again
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Zachalice | Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Zachalice | Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» moment éphémère
» le meilleur réalisateur en ce moment pour vous?
» Quel est ta Chanson du moment?
» Playlist du moment
» un moment "fort" dans saint seiya !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THEY HIDE UNDER BEDS. ☂ :: just gonna stand there and watch me burn :: every song has an ending :: archives-