Partagez | 
 

 (neela) "it's just you and me trying to find the light like ships in the night."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Neela Moorgate
DOUBLE-COMPTE : nop
MESSAGES : 1632
ARRIVÉE : 19/03/2013
LOCALISATION : Arrowsic.



MessageSujet: (neela) "it's just you and me trying to find the light like ships in the night."   Lun 9 Nov - 19:14




NEELA MOORGATE


❝ Mon amour, je te dis tout. Tu peuples ma vie à l'infini ❞

nom : Moorgate, mais son nom de jeune fille était Owens. ✗ prénom : Neela. ✗ date de naissance : seize août 1981. ✗ âge : trente-quatre ans. ✗ nationalité : américaine. ✗ orientation sexuelle : hétérosexuelle. ✗ statut marital : mariée. ✗ métier/études : chirurgien obstétrique. ✗ groupe : it doesn't matter. ✗ avatar : Scarlett Johansson. ✗ crédit : tumblr.






Neela est une femme passionnée, et quand elle aime, elle ne compte pas. Au travail les heures défilent mais elle ne s'en aperçoit souvent même pas, trop intéressée par ce qu'elle fait. Quant à sa famille, elle est la chose qu'elle a de plus précieux sur terre, alors elle est prête à tout pour lui faire plaisir et la couvrir de son amour sans en attendre en retour. ✗ C'est une très mauvaise cuisinière, bien qu'elle ne se décourage jamais face à ses nombreux échecs et qu'elle renouvelle sans cesse ses efforts. ✗ A Arrowsic, elle avait acheté une jolie maison spacieuse maheureusement destinée à être détruite en échange d'une indemnisation, mais qu'elle a pu récupérer grâce aux derniers évènements. ✗ Elle a connu la jungle de la ville et la campagne, mais sa préférence va largement pour la campagne, et particulièrement pour le calme d'Arrowsic. Fraîchement revenue de New-York avec sa famille, le changement de cadre est un sacré choc, mais elle sait s'adapter quand il le faut, elle qui a souvent du se débrouiller seule par le passé. ✗ Neela regrette de ne pas être restée avec les quelques habitants pour défendre la ville qu'elle aimait tant. A l'époque, elle croyait leur combat perdu d'avance, mais elle reconnaît aujourd'hui qu'elle aurait du se battre à leurs côtés. ✗ Elle est très romantique et sensible. Un rien la touche et lui fait monter les larmes aux yeux. Le paquet de mouchoirs n'est jamais bien loin à la fête des mères comme à la saint Valentin. ✗ Maman poule, elle adore gâter ses enfants et voir se dessiner un joli sourire sur leurs visages. Il n'y a que leur bonheur qui compte à ses yeux, et elle a d'ailleurs souvent bien du mal à les punir. ✗ Elle aime rire et faire rire les autres. Partager sa bonne humeur, c'est quelque chose que Neela sait faire à merveille. ✗ C'est une amie fidèle et attentionnée qui prend le temps d'écouter les problèmes et de chercher par tous les moyens à les résoudre quand elle tient à la personne en question. ✗ Rancunière, Neela déteste par dessus tout qu'on la trahisse ou qu'on soit fourbe avec elle. Elle a beau être une femme souriante et agréable, c'est mal la connaître que de penser qu'elle peut très vite passer l'éponge sur ce qu'elle découvre de certaines de personnes et qui la concerne. ✗ Les gens qui se plaignent tout le temps, qui râlent ou qui méprisent les autres, elle ne supporte pas.



CELINE


âge : 23 ans. ✗ pays : France. ✗ fréquence de connexion : un peu tous les jours ! ✗ où as-tu connu thub ? sur bazzart  I love you  ✗ inventé/scénario : scénario trèèès vieux de Felix    ✗ avis sur le forum : il est splendide, vous l'avez vraiment bien rafraîchi, ça donne envie, bravo pour votre travail    ✗ c'est ton dernier mot, jean pierre ? euh non, Jean-Pierre voulait rajouter qu'il est trop heureux que vous ayez redonné une seconde vie à THUB, et d'être de nouveau parmi vous        





Dernière édition par Neela Moorgate le Mar 10 Nov - 11:34, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t4971-neela-cause-one-night-is-enough-to-make-your-life-turns-into-a-beautiful-disaster http://hideunderbeds.1fr1.net/t5011-neela-follow-me-when-your-fire-s-died-out
avatar
Neela Moorgate
DOUBLE-COMPTE : nop
MESSAGES : 1632
ARRIVÉE : 19/03/2013
LOCALISATION : Arrowsic.



MessageSujet: Re: (neela) "it's just you and me trying to find the light like ships in the night."   Lun 9 Nov - 19:14





❝ Si d'aventure, je quittais terre
tu es mon sang, mon double aimant, mon ADN ❞




Code:
17 mai 1991, New-York
Cher journal,

Je t'écris à une période où ma vie se trouve être bouleversée. Aujourd'hui je ne sais plus vraiment qui je suis, je ne sais plus où je vais. Je me trouve emprisonnée dans un corps qui évolue sans que je puisse comprendre pourquoi. J'ai des nausées, des maux de tête à répétition, sans parler de mon ventre qui s'arrondit davantage au fil du temps. Cela parait évident pour l'étudiante en médecine que je suis que de constater que je suis tout bêtement enceinte. Les symptômes sont classiques et bien connus. Mes amis sourient en regardant mon ventre, et me lancent souvent "Woaw, tu vas réussir à gérer les études et la maternité ?" et moi, je hausse les épaules, vexée que quelqu'un vienne encore remuer le couteau dans la plaie. J'essaie pourtant de camoufler tant bien que mal cette légère rondeur apparente que j'ai énormément de mal à assumer et à accepter. A la fac, tous les regards sont rivés sur moi, certains sont attendris, d'autres ont l'air de dire "elle est bien courageuse !" Malgré tous ces indices peu trompeurs qui devraient me pousser à enfin admettre la réalité, je me borne à penser que cela ne peut pas être le cas, je ne peux pas être enceinte. J'ose à peine imaginer la réaction de mes parents face à une telle nouvelle, moi qui était censée être la petite fierté de la famille. Je me ferais rejeter, c'est sur. La déception serait trop lourde à supporter pour eux. C'est affreux, j'ai peur de ce que je suis devenue. Je voudrais bien que quelqu'un m'aide parce que je ne comprends plus. C'est vrai, j'ai eu quelques conquêtes, mais mes rapports étaient toujours protégés, et je prends la pilule comme toute femme normale. Je sais ce que je fais et suis toujours très prudente. Non, ça ne peut pas être ça, je ne peux pas porter l'enfant d'un inconnu rencontré au cours d'une soirée, je ne peux pas tomber aussi bas ! cela ne me ressemble pas. J'espère en tout cas que plus tard, lorsque je relirais ce passage, je sourirais en me disant qu'à cette époque là, je déraillais complètement, surtout au point de vouloir déballer ma vie dans un journal intime.

28 mai 1991

J'ai reçu un coup de fil de ma mère, ce soir. A ma petite voix, elle m'a demandé ce qui se passait d'un air inquiet et je lui ai répondu d'abord que tout allait bien et que j'étais simplement enrhumée. Mais quand elle a une nouvelle fois insisté, mes lèvres se sont pincées et je n'ai pas pu retenir mes larmes, laissant éclater ma détresse. Pleurer m'a fait un bien fou. Pourtant, j'ai encore menti, manquant de courage pour passer aux aveux. Oui, je l'ai épargnée de cette affreuse nouvelle que je mourrais pourtant d'envie de lui annoncer pour me libérer. Puisque ce matin, ma vie a pris un tournant radical. J'ai eu la confirmation que j'étais bel et bien enceinte. Un choc terrible. Je suis enfin fixée et malheureusement contrainte d'accepter qu'un petit être commence à se développer en moi. Je suis terriblement déçue de moi-même, et en même temps, j'ai de l'affection pour cet ange. Je ne le veux pas, il tombe vraiment très mal, mais je ne peux pas l'abandonner. Avoir un enfant à mon âge et dans ma situation, c'est déjà suffisamment difficile, alors devoir supporter un avortement pour couronner le tout, non merci ! Heureusement, je peux compter sur le soutien permanent de mon frère, qui est au courant de tout depuis de départ et qui n'a jamais trahi la confiance que je lui accordais.

Studio à New-York, 2 septembre 1995

Aujourd'hui, ma fille fait sa rentrée en maternelle. Après l'avoir habillée et pomponnée comme petite une princesse, je lui prends la main et nous quittons le studio. Comme souvent, je porte une robe rouge très élégante et des talons assortis. J'ai l'air d'une femme sûre d'elle au premier abord, mais les gens ne savent pas ce que j'endure au fond. Tous ces artifices ne sont qu'un masque qui sert à camoufler toutes mes faiblesses. Sur le chemin de l'école, je demande à Carlie si tout va bien pour elle et je la regarde longuement. Je me dis souvent que cette petite ne connaitra sans doute jamais son père, et moi, l'homme qui m'a mis dans une telle situation et qui doit certainement ne pas s'en préoccuper là où il est. Je suis presque condamnée à vivre toute seule avec ma fille, puisque je ne parviendrais jamais à retrouver son père qui s'est volatilisé dans la nature. Arrivées devant le portail, une dizaines de parents viennent accompagner leurs enfants. J'ai le coeur qui se serre, ils ont l'air tellement heureux, tellement soudés. Face à ces familles, je me sens si faible, moi, si jeune et vulnérable, avec ma petite fille. Une profonde tristesse m'envahit, mais je reste forte et ne craque pas devant mon enfant. Je continuais d'avancer dans le couloir jusqu'à ce qu'une jeune femme souriante m'interpelle devant une classe. « Bonjour madame ! vous êtes la maman de .. ? » dit-elle en me serrant la main avant de se baisser face à Carlie. « Elle s'appelle Carlie. » répondis-je en souriant tout en regardant ma fille. J'en étais extrêmement fière, malgré tout. « Bonjour Carlie, je suis ta nouvelle maîtresse. Que tu es belle dis donc ! .. Votre fille est très jolie, elle vous ressemble comme deux gouttes d'eau. » Je ne tarde pas à répondre en souriant. « Oh, oui on me le dit souvent, c'est très gentil à vous. » Je voulais paraitre sûre de moi et montrer que j'étais à la hauteur face à la situation. « J'envisage d'organiser une petite réunion avec tous les parents des enfants la semaine prochaine, juste pour que nous puissions discuter des éventuels problèmes que pourraient avoir votre enfant, et aussi pour nous fassions plus ample connaissance, il me semble que c'est important. » Je hoche la tête, approuvant cette idée. « Heu.. oui, bien sur enfin c'est sur que c'est important. Il n'y a pas de problème pour moi. » Je bafouillais de plus en plus. C'était une horreur. Elle avait surement déjà remarqué que j'étais complètement perdue et peu sure de moi. Ca devait se voir comme le nez au milieu de la figure que je n'étais pas à la hauteur dans mon rôle de mère, et que je ne savais pas vraiment où j'allais. « Parfait. J'espère que votre mari n'y verra pas d'inconvénient. » mon sourire s'effaça. Les mots "mari" et "parents" étaient devenus de vrais ennemis depuis ma grossesse. Ils me renvoyaient à ma situation délicate et me faisaient énormément culpabiliser. En moi-même, je pensais "non c'est sur, il n'y voit aucun inconvénient, je suis presque sure qu'il s'en fiche, même. « Oh heu...non, vous en faites pas, ça.. ça va aller pour lui » mon sourire était peu naturel, pour ne pas dire crispé. Je me sentais complètement ridicule, les larmes commençaient à monter dans mes yeux et je n'avais qu'une hâte : sortir d'ici. Pour couper court à la conversation, je me baissa face à Carlie pour arranger ses boucles dorées tout en lui caressant doucement le visage de l'autre main. « Ca va aller, ma puce ? tu vois, la maitresse est gentille. Tout va bien se passer, hein ? » Carlie hocha lentement la tête, mais je voyais bien dans ses yeux qu'elle avait un peu peur et qu'elle n'était pas rassurée devant tous ces enfants. Elle me serra dans ses petits bras tout en me lançant de sa jolie petite voix : « Maman, pourquoi moi mon papa il est pas là ? » ma gorge se serra. Tôt ou tard, je savais bien que ce moment devait arriver, mais je ne m'y étais pas vraiment préparée. Alors que je me dégageais doucement de son étreinte, je la fixais dans les yeux tandis que mes mains étaient placées sur ses joues. « Ton papa n'est pas là pour l'instant mais je te promets qu'il va revenir, parce qu'il t'aime très fort lui aussi. Nous t'aimons très fort ma chérie. » Je levais les yeux au ciel avant de la prendre dans mes bras. Mes yeux se fermèrent alors que des larmes coulaient le long de mes joues. Je m'empressais de les essuyer rapidement d'un revers de main.

Email envoyé le 5 août 2011 à Adrian Owens

Code:
Hey mon petit frère, tu vas bien ? Tout se passe bien à la brigade ? Je serais bientôt à tes côtés avec Carlie. Ca y est, les cartons sont quasiment tous dans le camion, je suis épuisée ! Si tu savais comme j'ai hâte de partir d'ici, j'y ai trop de mauvais souvenirs et puis évidemment, tu sais que j'ai été admise à l'hôpital de Boston ! Je vais enfin pouvoir changer de cadre, de collègues aussi.. Je ne supportais plus cette ambiance et puis avec toute cette histoire, j'ai été très mal vue. Enfin bref, une nouvelle vie m'attend. Certes c'est pas mal de trajets en voiture allée et retour, mais cette nouvelle vie à Arrowsic ne peut qu'être meilleure. Je serais prête à faire n'importe quoi pour vivre là-bas et offrir une vie plus calme et heureuse à ma fille. Adieu la pollution, le stress et les anti-dépresseurs ! J'espère aussi obtenir des réponses, tu sais de quoi je parle. Je mènerais ma petite enquête une fois bien installée. Dans tous les cas, cette jolie petite ville a l'air d'être un havre de paix, c'est un endroit parfait pour que Carlie puisse s'épanouir ! Je sens que nous allons êtres très heureuses toutes les deux. Tu la verrais, elle est vraiment magnifique, et tellement adorable ! Elle grandit si vite, je n'ai rien vu passer. Tous les jours je la regarde et je me dis que je ne regrette absolument rien. Cet enfant est tout ce dont j'avais besoin, malgré tout ce que j'ai pu dire d'odieux pendant la grossesse. Je suis sure que vous allez vous adorer tous les deux.
Je voulais surtout te remercier d'avoir été là, toi, pendant ces moments si durs pour moi, tu es un frère exemplaire. Si tu n'avais pas été là je pense que je n'en serais jamais arrivée là.

A très vite, j'ai hâte. Je t'aime.

Arrowsic, 1er avril 2014

Les cartons étaient faits, pire que ça même, toute ma vie était déjà partie à New-York, transportés dans un grand camion. Désormais, plus rien ne me rattachait à Arrowsic. Quitter ce village me faisait de la peine. Énormément de peine, pire que ça même, cette nouvelle m'avait déchiré le cœur, d'autant qu'elle avait été plutôt brutale. Personne ne s'y était réellement attendu, personne n'avait vraiment voulu y croire, mais voilà, la décision était prise, et désormais, plus personne n'avait son mot à dire. Debout au beau milieu de mon immense salon vide, je prenais un dernier moment pour admirer ma jolie maison dans laquelle j'avais passé des bons comme des mauvais moments. Des bons, comme la récente célébration de mon mariage avec la présence de tous les gens chers à mon cœur, et puis aussi, comme la fois où Felix et moi avions passé de longues heures à discuter dans le canapé, et qu'en voulant ouvrir la bouteille de champagne, j'avais quand même réussi à couper le courant de la maison entière, nous provoquant un fou rire que je n'oublierai jamais; comme l'épisode où j'avais vu Ella faire nager son petit Lleyton dans la piscine, déclenchant ses grands éclats de rire... Des mauvais aussi, comme celui où j'avais annoncé toute tremblante à Felix que j'étais enceinte et qu'il l'avait plutôt très mal pris au point de me pousser à déverser toutes les larmes de mon corps recroquevillée sur le canapé. Quoiqu'il en soit, bons ou mauvais, tous ces moments resteraient à jamais gravés dans ma mémoire. Ils faisaient partie de ma vie. A Arrowsic, je m'étais épanouie professionnellement, j'avais trouvé l'amour, fondé une vraie famille et puis, j'avais rencontré des personnes toutes aussi merveilleuses les unes que les autres qui occupent et occuperaient toujours d'ailleurs une place fondamentale dans mon cœur. M'éloigner d'Ella, de Mattia et de Jeremiah me fendait littéralement le cœur, et d'ailleurs je n'osais même pas demander à Carlie ce qu'elle pensait de tout ça. Depuis qu'elle avait appris la terrible nouvelle, ma fille avait du mal à la digérer. C'était pire que d'avoir un petit-frère, elle en prenait visiblement conscience. Carlie restait silencieuse et triste, si bien que la situation était encore plus difficile à vivre pour Felix et moi, une nouvelle fois désemparés. En tout cas, nous prenions désormais tous des routes complètement différentes, et je savais que plus rien ne serait comme avant, même s'il était clair que je n'allais certainement pas rester sans nouvelles d'eux très longtemps. Par chance, ou plutôt et surtout par miracle, Felix avait réussi à décrocher le poste de New-York que son patron lui avait proposé il y a quelques mois et qu'il avait refusé, privilégiant sa petite famille installée à Arrowsic. C'est donc tout naturellement qu'en apprenant la nouvelle, Felix et moi avions décidé de partir vivre là-bas, accompagnées de nos familles respectives. Quant à moi, je n'avais pas vraiment eu de difficultés non plus à me faire une place professionnellement à New-York. L'hôpital était suffisamment grand là-bas, et les obstétriciens ne couraient pas les rues, fort heureusement pour moi. Felix descendit avec Adam dans les bras, Carlie derrière lui. Voilà, le moment de dire une bonne fois pour toutes adieu à notre maison et à la ville était arrivé, un moment que je redoutais depuis longtemps.

Alors que mon mari refermait une toute dernière fois la porte de la maison avec un profond soupir de tristesse, je baissai les yeux comme pour ne pas vouloir affronter la réalité. J'avais travaillé si dur pour réussir à construire cette maison, je m'étais tellement battue pour réaliser ce rêve que ce dernier coup de clé ne faisait que remuer le couteau dans ma plaie. Dans cette maison, je pensais pouvoir y finir mes jours avec Felix, y vivre paisiblement avec toute ma petite famille et bien entendu, y voir mes deux merveilleux enfants grandir... Malheureusement, la vie en voulait autrement, il fallait juste l'accepter et s'y faire maintenant, mais pour l'instant, c'était impossible pour moi. Nous étions forcés d'habiter provisoirement dans un appartement que la ville nous avait trouvé et qui n'aurait absolument rien à voir avec cette fabuleuse maison. Le cœur lourd et les larmes aux yeux, je commençais à marcher pour rejoindre la voiture et Felix qui était occupé à ranger la poussette d'Adam dans le coffre, extrêmement silencieux. En général, ce silence trahissait sa colère, et je ne me trompais guère je crois. Ma fille trainait les pieds derrière moi, et d'un coup, je n'entendis plus ses pas, si bien que je fus forcée de me retourner. Carlie était en train de regarder pour la dernière fois sa maison, qui allait probablement être détruite pour laisser la place à un somptueux aéroport. Dans son regard, on pouvait lire toute la tristesse qu'elle ressentait de devoir quitter la maison dans laquelle elle avait grandi, et la ville où elle s'était épanouie en tant que petite fille. « Tu viens Carlie ? » dis-je en lui tendant ma main pour l'inciter à me rejoindre. Ce n'était pas de gaieté de cœur qu'elle retournait à New-York, toutes les deux n'en avions pas de très bons souvenirs, mais malheureusement, nous n'avions pas vraiment le choix. Ma fille attrapa finalement ma main, et nous montâmes dans la voiture sans un mot.

Nous passâmes alors une toute dernière fois devant le petit parc d'Arrowsic, et plus particulièrement devant son pont en bois, sur lequel Felix et moi avions vécu tant de souvenirs par le passé... C'était dans ce même parc que j'amenais Carlie jouer lorsqu'elle n'avait pas école, bien avant de retrouver Felix... Des larmes recommencèrent à surgir sous mes yeux. Je n'arrivais tout simplement pas à réaliser la chose. Un silence de plomb régnait dans la voiture. Je n'osais même pas regarder Felix, le silence en disait déjà suffisamment sur le fond de sa pensée à ce moment précis. Arrowsic, c'était le charme, la convivialité, la chaleur humaine. Une toute nouvelle vie allait commencer pour nous, une vie que nous n'avions même pas choisie. A New-York, c'était la pollution, du béton à perte de vue et des rapports froids avec les autres qui nous attendaient, voilà tout. Je le savais pour y avoir passé une bonne partie de ma jeunesse, et franchement, c'était pour cette raison que j'y allais à reculons. J'avais envie de demander à Felix d'arrêter la voiture, de m'opposer à ce système, de faire quelque chose pour que cela cesse, mais à quoi bon ? C'était trop tard pour faire marche arrière, et puis, ce n'était pas une femme comme moi qui allait pouvoir retourner la situation d'un claquement de doigts... Rapidement, nous atteignirent la sortie d'Arrowsic. Les yeux emplis de larmes, je jetais un dernier regard au panneau indiquant le nom de la ville rayé, qui disparut aussi vite qu'il était arrivé derrière la vitre de la voiture. Voilà. La page d'Arrowsic venait de se refermer, et définitivement pour nous.


New-York, 21 octobre 2015

C'était un soir de semaine comme les autres à New-York. La journée terminée, il était enfin temps pour tout le monde de laisser place au repos et à la détente. Carlie était rentrée du collège et regardait son émission préférée sur l'épaule de son père qui lui, étrangement était plutôt concentré sur son ordinateur portable. Adam était sur sa chaise haute armé de son petit bavoir, attendant patiemment que le dîner soit servi. Il était plus de vingt heures, et la ville commençait à se parer de ses lumières légendaires. Après avoir appelé toute la famille à venir à table, l'émission de Carlie fut remplacée par le journal télévisé. Comme d'habitude, personne n'écoutait vraiment, sans doute parce que tout le monde était trop préoccupé par son assiette. Seules les informations les plus capitales attiraient l'attention. Pourtant, c'est lorsque je surveillais la cuisson des nuggets des enfants que le présentateur fit une annonce qui ne me laissa pas indifférente. Enfin plutôt, c'est le mot « Arrowsic » qui me fit immédiatement tourner la tête vers l'écran. « Bonne nouvelle pour les anciens habitants d'Arrowsic, dans le Maine. Après avoir mené une véritable bataille judiciaire pendant plus d'un an, une minorité d'entre eux sont enfin parvenus à sauver leur ville. Le tribunal a rendu son verdict : le projet d'aéroport censé remplacer les habitations ne verra jamais le jour, et c'est le très célèbre Christopher Stevenson qui prend désormais les rennes de la ville. » Tout le monde avait cessé de picorer dans son assiette et regardait attentivement la télévision, comme si la troisième guerre mondiale avait été annoncée. Sauf Adam bien sûr, qui était trop petit pour comprendre ce qui se passait et qui s'était d'ailleurs déjà mis de la purée de carottes partout. Nous savions bien avec Felix que les habitants restés là-bas n'avaient pas dit leur dernier mot. Qu'ils avaient cherché à se battre pour que la ville ne soit pas réduite à néant. Tout ceci, nous l'avions suivi de près, même à New-York. Au fond, j'avais toujours espéré qu'ils en sortiraient victorieux, parce que je n'avais jamais abandonné Arrowsic dans mon coeur, mais j'avais aussi pensé que cette lutte était vouée à l'échec depuis son commencement. Je me souvenais dire à Felix qu'ils ne feraient pas le poids contre la cruauté de la politique et ce projet d'aéroport qui dégagerait des milliards de dollars. Aujourd'hui, je constatais avec stupeur que j'avais eu tort. A l'écran, des images d'Arrowsic défilaient, coupées par des témoignages d'habitants heureux d'avoir réussi leur pari. Par réflexe, mon regard sur posa sur Felix, qui ne tarda pas à faire de même, bouche bée. Oui, pour le coup, on se prenait une sacrée claque, mais celle-là était assez agréable. Très agréable même. Arrowsic, c'était là que se trouvaient tous nos souvenirs. Nous l'avions quitté à contrecoeur et je m'étais toujours dit que je n'irais jamais voir cet aéroport de malheur, préférant garder en tête la dernière et belle image de la ville que j'avais photographié avant notre départ. « Il faut qu'on y retourne. » lançais-je avec la spatule en bois dans la main, déterminée. Nous avions la maison là-bas, sans compter tous nos amis et une tranquilité n'avait pas de prix. Visiblement, rien n'avait été détruit, mais la ville ne faisait plus autant rêver après avoir été désertée une année entière. Felix ne trouvait même pas les mots face à cette nouvelle inattendue, mais il hocha la tête en guise de réponse. Même Carlie, qui avait l'habitude d'être une vraie pipelette, n'avait pas su quoi dire et observait sagement nos réactions. « Maman, ça crame ! » Effectivement, pendant ce temps, les nuggets avaient eu le temps de brûler et de laisser échapper une fumée bien épaisse, sans que je ne me rende compte de quoi que ce soit.




Dernière édition par Neela Moorgate le Mar 10 Nov - 11:36, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t4971-neela-cause-one-night-is-enough-to-make-your-life-turns-into-a-beautiful-disaster http://hideunderbeds.1fr1.net/t5011-neela-follow-me-when-your-fire-s-died-out
avatar
Jona Coppola
DOUBLE-COMPTE : fernando & louis.
MESSAGES : 1576
ARRIVÉE : 10/06/2012
LOCALISATION : arrowsic, le p'tit trou.



MessageSujet: Re: (neela) "it's just you and me trying to find the light like ships in the night."   Lun 9 Nov - 19:39

REBIENVENUE À LA CASA I love you
Du coup tu reprends Neela telle quelle ? Faut trop qu'on reprenne notre lien avec ferny si tu veux bien, je l'aimais trop
Sinon je suis contente que le forum te plaise

_________________

SECRET NIGHT ★ i’m drunk off your hazy eyes and scent the tip of a sweet love is like a fire on this night when even the moon is sleeping, let’s secretly leave (c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5677-you-say-you-want-me-to-fix-you-but-you-live-for-the-pain-jona http://hideunderbeds.1fr1.net/t5722-you-say-you-want-me-to-fix-you-but-you-live-for-the-pain-jona
avatar
Neela Moorgate
DOUBLE-COMPTE : nop
MESSAGES : 1632
ARRIVÉE : 19/03/2013
LOCALISATION : Arrowsic.



MessageSujet: Re: (neela) "it's just you and me trying to find the light like ships in the night."   Lun 9 Nov - 19:58

MERCIII quel plaisir d'être de retour ici
Oui je vais la reprendre telle quelle ma Neenee  et oui il faut trop qu'on reprenne ce lien, il était top
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t4971-neela-cause-one-night-is-enough-to-make-your-life-turns-into-a-beautiful-disaster http://hideunderbeds.1fr1.net/t5011-neela-follow-me-when-your-fire-s-died-out
avatar
Llewyn H. Fitzgerald
please, save me from myself. ”
DOUBLE-COMPTE : La schizophrénie ne nécessite pas plusieurs corps, mais une seule tête.
MESSAGES : 422
ARRIVÉE : 10/11/2013
LOCALISATION : Au sommet du Squirrel Point Light, affrontant l'horizon.



MessageSujet: Re: (neela) "it's just you and me trying to find the light like ships in the night."   Lun 9 Nov - 20:09

Neela
Elle est toujours aussi canon. (comment ça monsieur le maire fait un clin d'oeil de loin )

Rebienvenue à la maison ! :)

_________________

    — it's hard to look you in the eyes when my heart want your lips. it's hard to love you, when you are everything to me, but i'm not everything to you. I deserve a smile, but it doesn't matter anymore... Shall I disappear in your shadow ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5679-llewyn-dear-monster-let-s-go-back-home http://hideunderbeds.1fr1.net/t5733-llewyn-i-m-alone-but-you-can-follow-me
avatar
Felix Moorgate
MESSAGES : 962
ARRIVÉE : 15/05/2013


MessageSujet: Re: (neela) "it's just you and me trying to find the light like ships in the night."   Lun 9 Nov - 21:21

Llewyn H. Fitzgerald a écrit:
Neela
Elle est toujours aussi canon. (comment ça monsieur le maire fait un clin d'oeil de loin )

Attention là, je veille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5152-felix-le-chat-le-retour-termine
avatar
Neela Moorgate
DOUBLE-COMPTE : nop
MESSAGES : 1632
ARRIVÉE : 19/03/2013
LOCALISATION : Arrowsic.



MessageSujet: Re: (neela) "it's just you and me trying to find the light like ships in the night."   Lun 9 Nov - 21:55

Merci Llewyn I love you I love you
monsieur le maire mérite bien un petit cadeau pour avoir sauvé Arrowsic, allez (ferme les yeux Fefe) :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t4971-neela-cause-one-night-is-enough-to-make-your-life-turns-into-a-beautiful-disaster http://hideunderbeds.1fr1.net/t5011-neela-follow-me-when-your-fire-s-died-out
avatar
Aaron Lawford
MESSAGES : 14387
ARRIVÉE : 12/01/2011


MessageSujet: Re: (neela) "it's just you and me trying to find the light like ships in the night."   Lun 9 Nov - 22:01

REBIENVENUE PARMI NOUS. I love you
Bon courage pour écrire ta fiche.

_________________

“I am nothing. I’m like someone who’s been thrown into the ocean at night, floating all alone. I reach out, but no one is there. I call out, but no one answers. I have no connection to anything.” Haruki Murakami.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t5712-aaron-hope-when-you-take-that-jump-you-don-t-fear-the-fall#210477 http://hideunderbeds.1fr1.net/t5717-aaron-walk-beside-me
avatar
Fernando Gautier-Perez
DOUBLE-COMPTE : jona & louis.
MESSAGES : 8067
ARRIVÉE : 07/03/2012
LOCALISATION : à l'hôpital.



MessageSujet: Re: (neela) "it's just you and me trying to find the light like ships in the night."   Mar 10 Nov - 0:19

Neela Moorgate a écrit:
MERCIII quel plaisir d'être de retour ici
Oui je vais la reprendre telle quelle ma Neenee  et oui il faut trop qu'on reprenne ce lien, il était top

Coooooool, j'avais bien aimé notre rp

_________________
TAKEN AWAY TO THE DARK SIDE
Je ne sais pas pourquoi non plus est-ce qu'une petite goutte de pluie s'échappe de mes yeux ni pourquoi ça fait si mal d'être en vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t3256-fernando-mentir-est-ma-seconde-langue-maternelle http://hideunderbeds.1fr1.net/t3264-je-suis-docteur-je-peux-soigner-tes-maux-de-coeur
avatar
Kai Eowyn Bonistaw
les poissons sont plus affectueux que les hommes
DOUBLE-COMPTE : Astrée Micah Lloyd.
MESSAGES : 589
ARRIVÉE : 01/02/2012


MessageSujet: Re: (neela) "it's just you and me trying to find the light like ships in the night."   Mar 10 Nov - 2:17

NEELA !!! Bon retour I love you

_________________

tears of an angel.
I know it's hard to remember the people we used to be...It's even harder to picture, that you're not here next to me. You say it's too late to make it,
But is it too late to try?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t2959-kai-comment-fait-on-quand-on-a-rien-pas-meme-des-souvenirs-a-revisiter-dans-la-nuit http://hideunderbeds.1fr1.net/t2967-kai-si-tu-veux-quelque-chose-dans-la-vie-prends-le
avatar
Carlie Moorgate-Owens
MESSAGES : 476
ARRIVÉE : 08/04/2012


MessageSujet: Re: (neela) "it's just you and me trying to find the light like ships in the night."   Mar 10 Nov - 8:35

10.11.2015

_________________

Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neela Moorgate
DOUBLE-COMPTE : nop
MESSAGES : 1632
ARRIVÉE : 19/03/2013
LOCALISATION : Arrowsic.



MessageSujet: Re: (neela) "it's just you and me trying to find the light like ships in the night."   Mar 10 Nov - 11:41

Merci Kai

Carlie : ouiiii la date tant attendue I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t4971-neela-cause-one-night-is-enough-to-make-your-life-turns-into-a-beautiful-disaster http://hideunderbeds.1fr1.net/t5011-neela-follow-me-when-your-fire-s-died-out
avatar
Kai Eowyn Bonistaw
les poissons sont plus affectueux que les hommes
DOUBLE-COMPTE : Astrée Micah Lloyd.
MESSAGES : 589
ARRIVÉE : 01/02/2012


MessageSujet: Re: (neela) "it's just you and me trying to find the light like ships in the night."   Mer 11 Nov - 10:33

MA PREMIERE VALIDATION !
Bon normalement je dois faire un message super choupi avec tous les liens géniaux mais je peux pas Arrow
et puis tu connais déjà la maison aussi je rajouterai juste que tu peux aller voir les scénarios actifs et trouver des liens avec eux, ça serait super chouette !
ça fait du bien de revoir les Moorgate en tout cas ! I love you

_________________

tears of an angel.
I know it's hard to remember the people we used to be...It's even harder to picture, that you're not here next to me. You say it's too late to make it,
But is it too late to try?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t2959-kai-comment-fait-on-quand-on-a-rien-pas-meme-des-souvenirs-a-revisiter-dans-la-nuit http://hideunderbeds.1fr1.net/t2967-kai-si-tu-veux-quelque-chose-dans-la-vie-prends-le
avatar
Neela Moorgate
DOUBLE-COMPTE : nop
MESSAGES : 1632
ARRIVÉE : 19/03/2013
LOCALISATION : Arrowsic.



MessageSujet: Re: (neela) "it's just you and me trying to find the light like ships in the night."   Mer 11 Nov - 14:40

MERCI LA GUEUSE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hideunderbeds.1fr1.net/t4971-neela-cause-one-night-is-enough-to-make-your-life-turns-into-a-beautiful-disaster http://hideunderbeds.1fr1.net/t5011-neela-follow-me-when-your-fire-s-died-out
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: (neela) "it's just you and me trying to find the light like ships in the night."   

Revenir en haut Aller en bas
 

(neela) "it's just you and me trying to find the light like ships in the night."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Mes filles Lisy et Neela
» (ED) Les bases à Neela [17 Bases]
» DXO V6 vs Lightroom 3
» Pâte à tartiner "maison"
» Plugin Lightroom: LR2/Mogrify
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THEY HIDE UNDER BEDS. ☂ :: i wish i was someone better :: lost in translation :: accomplished-